Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La SNCF tentée de faire dérailler le train de primeurs Perpignan-Rungis

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le , mis à jour le 18/07/2019 À 10H37

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Enquête [ACTUALISÉ] Pour ne pas l'avoir modernisé à temps, la SNCF veut stopper le train de primeurs Perpignan-Rungis et envoyer plusieurs milliers de camions sur la route. Faute d'accord entre la SNCF et les transporteurs, le dernier convoi devait prendre le rail le vendredi 12 juillet. Mais la ministre des Transports a assuré que la ligne restera ouverte jusqu'à la fin de l'année. 

La SNCF tentée de faire dérailler le train de primeurs Perpignan-Rungis
La gare de Rungis pourrait bientôt ne plus voir arriver autant de fruits et légumes qu'avant.
© DR

Actualisation du jeudi 18 juillet : le train Perpignan-Rungis a été suspendu ce mercredi 17 juillet pendant la période de la basse saison. Il reprendra en novembre et la SNCF s'est engagée à maintenir le train jusqu'à la fin de l'année. La ligne de fret qui relie le Marché d'intérêt national (MIN) à Perpignan devait être coupée ce vendredi 12 juillet, à cause de la baisse de clients mais la ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait assuré qu'il ne s'arrêterait pas encore dans une interview auprès du Midi Libre publiée le 12 juillet. "Très clairement, ce train roulera la semaine prochaine et il roulera aussi longtemps qu’il y aura des marchandises à transporter", avait déclaré la ministre au quotidien. Depuis le début le 15 juillet, le train circulait pourtant à vide. 

La CGT-Cheminot a rapidement réagi sur Twitter : 

 

 

Le syndicat a manifesté vendredi 12 juillet à partir de 14h à la gare de Perpignan. En signe de protestation, il a remis à Elisabeth Borne le "grand prix 2018-2019 du pollueur de l'année et défenseur du lobby routier". 

 

 

En 2017, la SNCF estime qu'elle a acheminé quelques 138 000 tonnes de produits frais dans des wagons frigorifiques. Pour remplacer le "train de primeurs", des milliers de camions emprunteront les

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle