Transports

La SNCF se tourne vers le spatial du Cnes pour surveiller son réseau

Manuel Moragues ,

Publié le

La SNCF et le Cnes ont annoncé la création d’un comité de coordination Rail et Espace pour identifier des pistes de collaboration. Les satellites pourraient aider la compagnie ferroviaire à surveiller le réseau, piloter ses trains, connecter les voyageurs…

La SNCF se tourne vers le spatial du Cnes pour surveiller son réseau © ESA

Pépy dans les étoiles ! La SNCF veut faire appel aux technologies du spatial pour ses trains. La compagnie ferroviaire et le Centre national d’études spatiales, le Cnes, ont annoncé ce vendredi 27 mai la création d’un comité de coordination Rail et Espace "pour identifier des pistes de collaboration et formaliser leur relation. Ce comité sera co-présidé par les présidents du CNES et de SNCF et se réunira sur une base annuelle.", affirme un communiqué commun.

Selon les deux partenaires, une première réunion a eu lieu en février 2016. "Plusieurs pistes de collaboration ont été identifiées [… et] des expérimentations techniques ont déjà commencé sur certains de ses sujets". Le contrôle-commande des trains pourrait ainsi s’appuyer sur le système européen de navigation Galileo. Selon un porte-parole du Cnes, Galileo permettrait la localisation précise de l’arrière d’un train avec une précision de quatre centimètres.

Interférométrie satellitaire

Le système Pleiades pourrait aussi prendre des photos du réseau pour identifier les obstacles sur les voies, arbres ou inondations, permettant à la SNCF d’envoyer des agents de manière ciblée plutôt que de leur faire parcourir le réseau. Toujours selon le Cnes, "cette solution a été testée et fonctionne parfaitement" et serait plus aisée à mettre en œuvre que les drones qu’essaie la SNCF.

Autre exemple d’application : l’affaissement des voies, très dangereux même à l’échelle de quelques centimètres, pourrait bénéficier de mesures d’interférométrie par satellite capables de détecter des affaissements d'un milimètre, vante le Cnes.

"Je suis convaincu de l’intérêt des technologies spatiales pour l’industrie ferroviaire. Il faudra les adapter, en optimiser fortement les coûts ; c’est une problématique de passage à une grande échelle industrielle. Nos équipes y travailleront ensemble", affirme Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF. De quoi prendre de la hauteur par rapport aux négociations sur le volet social de la réforme ferroviaire.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte