La SNCF s’engage à reclasser les salariés de SeaFrance

Guillaume Pepy l’a affirmé mercredi 4 janvier : si le projet de la Scop échoue, la SNCF se chargera de retrouver une activité aux salariés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La SNCF s’engage à reclasser les salariés de SeaFrance

La promesse du patron de la compagnie ferroviaire a de quoi rassurer les salariés de SeaFrance… pendant quelques temps du moins! La SNCF s’engage à reclasser les salariés "sans une journée de chômage", si le projet de Scop porté par la CFDT n’aboutit pas. Tous pourraient alors retrouver un emploi à la SNCF.

Mais de nuancer tout de même : seul "un petit nombre" de salariés pourrait retrouver un emploi "sur place".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Par ailleurs, il a précisé que les emplois proposés ne seraient "pas dans les mêmes métiers". Il a notamment évoqué la possibilité pour les salariés de SeaFrance de devenir chauffeurs d’autocars. En effet, la SNCF espère bientôt proposer du transport longue distance par autocar.

La proposition de Nicolas Sarkoy : pas faisable

Ces déclarations font suite à la demande formulée en début de semaine par Nicolas Sarkozy. Il a suggéré à la SNCF d'apporter son aide en versant aux salariés des indemnités exceptionnelles, qui pourraient atteindre 50 à 60 000 euros. Ainsi les salariés pourraient les réinjecter dans la coopérative.

Mais les salariés de Seafrance ont aussitôt rejeté les propositions du président de la République. La solution avancée n’est "pas faisable", écrit la CFDT dans une lettre ouverte. Elle "ne peut être envisagée en raison de l'insécurité juridique qu'elle engendre".

Laurence Parisot défend l’offre de LDA

Le même jour, mercredi 4 janvier, la patronne des patrons a reproché au Tribunal de commerce d’avoir écarté l’offre de reprise déposée par Louis Dreyfus armement. "Je regrette que cette proposition n'ait pas été sérieusement considérée", a déploré Laurence Parisot sur BFMTV. "Le transport martitme, y compris le transport maritime de passagers, peut être rentable", a-t-elle précisé.

Le ministre des Transports Thierry Mariani recevra ce jeudi 5 janvier à 10 heures les représentants de la Scop et ceux de la SNCF pour une réunion de travail.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS