La SNCF pourrait lever l'option de 40 TGV

Lors de la présentation des résultats annuels, la direction de la société a laissé entendre qu'elle pourrait relancer les négociations avec le constructeur Alstom.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La SNCF pourrait lever l'option de 40 TGV

"Les résultats sont bons et prometteurs. Ils sont meilleurs que ce que nous avions prévu et budgété", se réjouit Guillaume Pepy, le président de la SNCF. La preuve : pour la première fois l'opérateur historique va payer l'impôt sur les sociétés.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 32,6 milliards d'euros en 2011, affichant une progression de 5,8 % à périmètre constant. Le groupe a dégagé un cash-flow libre de 261 millions d'euros alors qu'il était négatif en 2010 (- 162 millions d'euros) et une marge opérationnelle de 3,02 milliards d'euros (9,3 % du chiffre d'affaires contre 7,1 % l'année précédente).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mais tout n'est jamais simple à la SNCF. Si le patron se félicite que son entreprise "dégage pour la première fois du cash-flow de manière significative" et que la dette commence à baisser, le résultat net est en chute (125 millions d'euros contre 697 millions en 2010), suite à la dépréciation d'actifs sur le TGV (700 millions d'euros, le parc de rames TGV ne vaut plus que 3,8 milliards d'euros).

Pour la CGT et le syndicat SUD, ces bons résultats ont été permis par des mesures salariales limitées, des baisses d'effectifs, une hausse des tarifs et une moindre qualité de service. "Les administrateurs de la CGT ont dénoncé cette politique qui tourne le dos aux valeurs du service public, dégrade les conditions de vie et de travail des cheminots pour s'inscrire dans la trajectoire ultra-libérale de casse de l'entreprise publique", assurent les syndicats.

Un remplacement d'ici à 2016

La grande nouvelle, c'est la visibilité de la SNCF sur les péages à l'horizon 2018. L'absence d'informations semblait bloquer tout investissement dans la grande vitesse. RFF a communiqué les montants des péages pour 2013 (environ + 7 %) et surtout, le gouvernement a annoncé une stabilité des péages pendant cinq ans, avec pour seule variable l'inflation ferroviaire.

Du coup, "une réflexion sur le parc redevient possible", estime l'état-major de la SNCF. La possibilité de lever l'option pour 40 rames TGV Euro Duplex n'est plus enterrée. Guillaume Pepy reste prudent, mais indique : "Nous avons décidé d'engager des négociations avec Alstom en vue d'une levée d'option jusqu'à 40 rames."

Le remplacement des vieilles rames du TGV Sud-Est pourrait intervenir à partir de 2016.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS