Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La SNCF passe l’oral de rattrapage

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Lors de ses vœux à la presse, la direction de la SNCF s’est félicitée de ses bons résultats 2017 et a confirmé une batterie de mesures pour faire oublier les incidents à répétition.

La SNCF passe l’oral de rattrapage
Sur les 5,2 milliards d’euros annoncés pour 2018, seuls 2,8 milliards sont investis dans la rénovation du réseau et le reste est consacré à l’entretien quotidien.
© Wikimedia/Kabelleger et David Gubler/CC

"Nous avons assuré une actualité entre Noël et le Jour de l’an." Une boutade du Président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, à l’occasion de la présentation de ses vœux à la presse, quelques heures après sa convocation avec Patrick Jeantet, le PDG de SNCF Réseau chez la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Les deux dirigeants ont réaffirmé devant les journalistes les mesures annoncées devant la ministre.

"Nous réfléchissons à comment faire des investissements sur les grandes gares pour les rendre plus fiables, a indiqué Patrick Jeantet. Je travaille sur un projet de réorganisation de SNCF Réseau pour donner plus de robustesse. Et nous avons conscience que l’information à destination des voyageurs doit progresser."

Cela passe par "l’idée de mettre dans chacune des gares tête de ligne des informations sur les travaux, a précisé Guillaume Pepy. On s’est un peu creusé la cervelle pour accroître la confiance des voyageurs et la transparence qui est déjà notre point fort. Avec une sorte de météo de qui s’est passé la veille sur la régularité et des évènements à prévoir. On a travaillé depuis une dizaine de jours et cela sera peut-être mis en place dès la semaine prochaine."

Un baromètre calqué sur l’indice de gravité (de 1 à 7) comme dans le nucléaire. Par exemple, quand l’indice est de niveau 5, les voyageurs devront renoncer à leur voyage si possible.

Tous ces incidents ne vont pas disparaître d’un coup de baguette magique. La vétusté du réseau en est la première cause. Si depuis le précédent gouvernement, le problème a été réellement pris en compte pour rénover le réseau, les investissements sont encore insuffisants. Sur les 5,2 milliards d’euros annoncés pour 2018, 2,4 milliards sont consacrés à l’entretien quotidien. Seuls 2,8 milliards sont investis dans la rénovation du réseau. Patrick Jeantet estime qu’il faudrait 3,2 à 3,5 milliards d’euros pour régénérer plus efficacement le réseau. Et de toute manière, les résultats ne seront pas tangibles avant plusieurs années (entre 7 et 10 ans).

Bonne année 2017 pour la fréquentation

Paradoxalement, alors que la SNCF n’a jamais été autant décriée pour les incidents et la mauvaise information, 2017 est une très bonne année. Si les résultats ne seront communiqués que fin février, Guillaume Pepy annonce que "ce sont les meilleurs résultats enregistrés depuis de nombreuses années. Nous avons regagné en un an la fréquentation perdue au cours des trois années précédentes sur les TER (+ 6 millions de voyageurs soit +4,6%). Cela tient à l’arrivée massive de trains neufs : 235 au cours des deux dernières années." Ouibus a gagné près de 2 millions de voyageurs (+43%), le TGV, 10 millions, dont 2 millions pour Ouigo et les marges devraient être meilleures. Même les Intercités ont gagné 2 millions de voyageurs. Et les Transilien, 64 millions de voyageurs supplémentaires (+3,2%).

Et pourtant, ce n'est pas la régularité qui motive les voyageurs. Si les TER progressent (+1,3%), la direction reconnait un tassement sur les Intercités (-0,9%), les TGV (-1%) et les Transilien. Alain Krakovitch, le directeur général de SNCF Transilien chiffre la baisse à -1,1 %. Les causes : l’augmentation des travaux de 20 % et les causes externes, à commencer par une hausse de 30% des alertes aux colis piégés. Heureusement, l’effet a été atténué par l’efficacité des brigades cynophiles.

"A l’horizon 2025, quelques 800 nouvelles rames auront été installées sur le réseau francilien si nous arrivons à équiper le RER B, indique Alain Krakovitch. Mais l’appel d’offre n’a pas encore été passé", précise-t-il avant de prévenir que cette ligne sera fortement perturbée dans les prochaines années avec les travaux pour le Grand Paris Express, le CDG Express et le remplacement de toute la caténaire. Les usagers de cette ligne ne sont pas prêts de voir le bout du tunnel...

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle