La SNCF investit 90 millions d'euros pour faire fondre la neige

Pas question de revoir les images des vacanciers bloqués dans les trains. La SNCF a décidé, avec l'aide de RFF, d'employer les grands moyens dans son plan neige 2011-2012.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La SNCF investit 90 millions d'euros pour faire fondre la neige

Personne n'a oublié les naufragés du ferroviaire durant les vacances de Noël 2010-2011. Des TGV annulés. Des voyageurs bloqués dans des trains sans chauffage. Des retards hallucinants comme pour le fameux Strasbourg (Bas-Rhin) - Port-Bou (Pyrénées-Orientales) qui avait mis plus de 24 heures pour effectuer la liaison. Ces couacs ont été désastreux pour l'image de la SNCF, même s'il n'est pas toujours possible de lutter contre les intempéries.

Cette année, l'opérateur national ne souhaite pas être pris au dépourvu et il sort l'artillerie lourde pour éviter qu'une telle mésaventure ne se reproduise. Il investit avec Réseau ferré de France (RFF) 90 millions d'euros dans son plan neige, dont 40 millions pour le matériel, 28 millions pour les infrastructures et 22 millions pour l'information et la prise en charge des voyageurs. Avec une telle somme, il faut espérer que la neige soit au rendez-vous…

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ces 90 millions d'euros serviront à mieux protéger les trains avec des kits de réparation rapide des vitres, des nouveaux produits antigivre, un dispositif innovant d'aspersion d'antigivre sur les bogies. Une préparation spéciale a été effectuée sur 234 locomotives, sans oublier la mise en place de vitres plus résistantes et l'amélioration de l'étanchéité des armoires électriques.

Pour les infrastructures, les 28 millions d'euros sont payés par RFF. Elles comprennent notamment 10 millions d'euros pour réchauffer les aiguillages. Le reste concerne le matériel de dégivrage ou de déneigement et les actions menées dès l'automne sur la végétation (élagage et débroussaillage à proximité des voies).

En cas d'enneigement et pour des raisons de sécurité, il sera impossible d'échapper aux retards. La sécurité impose de réduire la vitesse entre 160et 230 km/h pour les TGV et à 120 km/h pour les trains Corail. D'où la nécessité de bien informer les usagers. Un voyageur averti en vaut deux… et surtout il garde plus facilement son calme.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS