Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La SNCF fait appel à l’expertise du Cnes pour son futur train-drone

Cédric Soares , ,

Publié le

Vu sur le web La SNCF s’est associé au Centre national d’études spatiales (Cnes) pour développer son prototype de train autonome a révélé Le Parisien, lundi 12 février. Le projet TC-Rail a débuté au mois d’octobre 2017. La SNCF avait déjà détaillé ses projets dans l’automatisation des lignes dès juin 2017.

La SNCF fait appel à l’expertise du Cnes pour son futur train-drone
Un TGV de la SNCF
© eldelinux - Flickr c.c.

Les projets de la SNCF de développement de trains autonomes se précisent. Le Parisien a révélé, lundi 12 février, que l’opérateur du rail a conclu un partenariat avec le Centre national d’études spatiales (Cnes) pour concevoir un train-drone.

"Nous avons lancé en octobre dernier le projet TC-Rail qui vise à démontrer la possibilité de conduire un train à distance et en toute sécurité en mettant notamment à profit les télécommunications par satellites et terrestres." a confié Jean-Yves Le Gall, président du Cnes au quotidien. Depuis quelques semaines la SNCF et le Cnes mènent des tests sur la ligne Toulouse-Rodez. "À terme, le positionnement précis des trains permis par le système de géolocalisation Galileo jouera un rôle très important." a également précisé le dirigeant de l’Agence spatiale.

La SNCF avait annoncé dès juin 2017 ses ambitions et sa feuille de route en matière de trains autonomes. Interrogé par la rédaction de L’Usine Nouvelle à cette occasion, Julien Roche, directeur de projet train autonome à la SNCF a détaillé les étapes du projet. L’opérateur souhaite disposer d’"un prototype de drone" pour les trains de marchandise en 2019 expliquait Julien Roche. Malgré un guidage depuis "le sol", un conducteur sera toujours présent dans la cabine.

Pas d’utilisation commerciale sur un TGV avant 2023

Hors exploitation commerciale, la conduite autonome sera ensuite déployée sur les trains de fret et les TER en 2022. Elle servira, par exemple, à guider les trains depuis et vers les centres de maintenance. La même année, les RER, Eole, seront équipés d’un système de conduite semi-autonome actif lors de la traversée de Paris. Les trains seront en mesure d'accélérer et de freiner seuls en fonction de la position des autres trains. Un conducteur sera toutefois toujours présent en cabine. Les premier TGV dotés de ce type de technologie, transportant des voyageurs, ne devraient pas commencer à circuler avant 2023.

Pour la SNCF, la généralisation des trains autonomes a pour vocation de fluidifier la circulation en augmentant la fréquence de desserte. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus