La SNCF entre au capital de l'italien NTV

Le groupe public français sera le partenaire industriel du premier opérateur privé ferroviaire transalpin, avec une prise de participation de 20% du capital. Premier acte de la future libéralisation du marché pour le transport de passagers, prévue en 2010

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La SNCF entre au capital de l'italien NTV
Les dés sont jetés. Le groupe public français va prendre 20% de NTV (Nuovo Trasporto Viaggatori), le premier opérateur ferroviaire privé italien, en tant qu'unique partenaire industriel de référence. L'accord, approuvé hier soir par les conseils d'administration des deux entreprises, a été annoncé aujourd'hui par l'opérateur transalpin. Cette participation minoritaire représenterait 80 millions d'euros selon le journal Les Echos de ce matin, information qui n'a été ni confirmée, ni démentie par les deux entités.

Mais le groupe public ne sera pas un actionnaire passif aux cotés de l'assureur Generali (15%) et de la banque Intesa Paolo (20%). Selon les termes de l'accord, "NTV pourra utiliser le savoir-faire de la SNCF" avec la possibilité d'opérations commerciales dans les services (réservation, ventes, billetteries) ainsi qu'une collaboration dans le transport international de voyageurs qui sera totalement libéralisée en Europe au 1er janvier 2010.

20% du marché italien d'ici à 2015

Ainsi par cette alliance, la SNCF a damé le pion aux Allemands et aux Suisses qui étaient aussi sur les rangs, ouvrant le bal de la consolidation du secteur. Guillaume Pépy, le PDG du groupe, a déclaré aux Echos, qu'il entendait assurer un tiers de la croissance de la SNCF d'ici à 2012 à travers des acquisitions.

Détenu à 38,4% par un trio d'industriels d'envergure dont Luca di Montezzemolo, PDG de Fiat et Ferrari, et Diego della Valle (fondateur de Tod's), NTV a été le premier opérateur privé à demander fin 2006 une licence de transport ferroviaire de passagers en Italie. Il a déjà commandé 25 trains grands vitesse (AGV) au groupe français Alstom pour un montant de 650 millions d'euros. Ces rames seront exploitées dès 2011 sur des trajets rapides (Turin-Milan-Bologne-Florences-Rome-Naples). L'entreprise transalpine vise 20% du marché italien et 10 millions de passagers à l'horizon 2015. NTV mise d'ores et déjà toutes les autres frontières de l'Europe

Carmela Riposa

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS