La SNCF en première ligne dans le plan sécheresse de Nicolas Sarkozy

[ACTUALISE] En déplacement en Charente le 9 juin, le président de la République a confirmé que le gouvernement allait faire appel à la SNCF dans le cadre du plan de report d’échéances pour les agriculteurs français touchés par la sécheresse. Un plan dont le montant à "près d'un milliard d'euros" par Matignon.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La SNCF en première ligne dans le plan sécheresse de Nicolas Sarkozy

La SNCF et le ministère de la Défense seront mis à contribution pour transporter le fourrage d’une région à une autre, dans le cadre du plan d’aide annoncé par le président de la République le 9 juin. Comme évoqué par la ministre de l’Ecologie, Nathalie Koscisuko-Morizet, en mai, le gouvernement veut régler les problèmes logistiques avec les deux entités pour le transport comme pour le stockage. Une réunion des organisations professionnelles agricoles est prévue la semaine prochaine avec les ministres de l'Agriculture, de l'Ecologie et de la Défense, ainsi qu'avec le PDG de la SNCF pour régler les problèmes de logistique posés par l'acheminement des fourrages chez les éleveurs en difficulté.

Plus globalement, le président de la République s’est engagé à faire décaler d'un an tous les remboursements de prêts accordés aux éleveurs en 2009 . Mais aucune aide directe ne sera accordée au secteur agricole. "Il y a pour l'essentiel un problème de trésorerie, explique Nicolas Sarkozy. Soit vous remboursez vos dettes, soit vous payez la nourriture de vos bêtes". Le président de la République précise que cette mesure ne concerne que le remboursement des aides versées dans le cadre du plan lancé en 2009 à Poligny (Jura). "Je ne viens pas annoncer le décalage du remboursement de tous les prêts dans l'agriculture française, il faut être sérieux", assure-t-il.

1 milliard d'euros mobilisés

Le coup de pouce aux agriculteurs prendra donc essentiellement la forme d’aides de trésorerie, dont Nicolas Sarkozy n’a tout d'abord pas chiffré le coût. Le chef de l'Etat a simplement précisé que c'est l'Etat qui prendra en charge le paiement des intérêts dus par les éleveurs. Plus tard dans la journée, François Fillon a évalué devant les sénateurs, à "près d'un milliard d'euros" la somme que "la solidarité nationale va devoir consacrer au soutien de nos agriculteurs". Ce matin, les rumeurs évoquaient un montant de 700 millions d’euros.

Alors que la France est touchée par le printemps le plus chaud depuis au moins 1990, le président de la République refuse d’annoncer l’octroi de subventions, qui risquent d’être interdites par la Commission européenne. "Ne retombons pas dans la mauvaise habitude de vous donner des allocations qui seront déclarées illégales dans quelques mois, explique-t-il. L'essentiel de ce qu'on va faire, c'est de vous donner des marges de manœuvre de trésorerie et de décaler tous les remboursements (d'emprunts) d'un an".

Parallèlement, le président de la République a annoncé un plan sur cinq ans pour la mise en place de davantage de retenues d’eau tout en aidant les agriculteurs à mieux utiliser cette ressource. L'Etat va aussi verser au Fonds national de garantie contre les calamités agricoles, mobilisé par le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, une enveloppe d'environ 200 millions d'euros pour permettre le versement d'avances d'indemnisation "dès le mois de septembre".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS