Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

La signalisation de la première LGV du Maroc sera franco-italienne

,

Publié le

L' Office national des chemins de fer marocain  confie à un consortium franco-italien la réalisation de la première ligne à grande vitesse reliant Tanger à Kénitra pour 120 millions d'euros.  

La signalisation de la première LGV du Maroc sera franco-italienne © ansaldo-sts.com

C'est officiel. Le roi du Maroc Mohammed VI et le président français François Hollande ont acté la construction de la première ligne à grande vitesse du royaume.

L'Office National des Chemins de Fer du Maroc (ONCF) a ainsi confié à l'italien Ansaldo STS et au français Cofely-Ineo la conception et la réalisation de la signalisation ferroviaire, des télécommunications et du poste de commande centralisé de la future ligne commerciale de 183 kilomètres qui va relier à 320 km/h les villes de Tanger et Kénitra le long de la côte atlantique.

Pour un montant total de 120 Millions d'Euros (1,3 milliard de dirhams), Ansaldo STS France, couvrira toutes les phases de mise en œuvre du système de signalisation pendant que Cofely Ineo, déploiera les équipements en ligne et réalisera l'alimentation électrique ainsi que les artères câblées.

L'accord signé engage également Cofely Ineo et Ansaldo STS France dans un partenariat industriel local pour organiser et assurer la transmission des savoir-faire et des connaissances.

Ansaldo STS France est une filiale du groupe italien Finmeccanica. Elle réalise un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros et emploie près de 4 000 personnes qui se consacrent à la conception des technologies dans le domaine de l'industrie mondiale des systèmes de transports sur rail.

Filiale du groupe GDF SUEZ Énergie Services, Cofely Ineo emploie 15 500 personnes sur plus de 300 sites. Elle a réalisé en 2012 quelques 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le tertiaire, l'industrie, la défense, les infrastructures et les collectivités. 
 

Nasser Djama

 

 


Agrandir le plan

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/04/2013 - 00h16 -

Certains villages marocains ne sont accessibles qu’à dos de mulet ou d’âne et sont dépourvus de puits, la population souffre de cet état de fait et réclame que l’on y mette fin. Le royaume chérifien n’en a cure, il veut se donner une image de modernité et "s’offre sa première LGV" et ceci avec l’aval, la signature et le sourire d’un président socialiste ! Ce "président normal" avait déclaré lors du débat télévisé de la campagne : "bien sûr que le président ...doit aussi être proche du peuple, être capable de le comprendre." Souvenir, souvenir !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle