La sidérurgie en Europe vouée à se consolider par des partenariats

Le patron de ThyssenKrupp estime que la consolidation de la sidérurgie européenne pourrait se faire davantage par des partenariats que par des acquisitions et il ajoute que le groupe allemand compte prendre une part active à ce processus.

Partager


Le président du directoire de ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger /Photo prise le 19 novembre 2015/REUTERS/Ina Fassbender

Le président du directoire de ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger, estime que la consolidation de la sidérurgie européenne pourrait se faire plus par des partenariats que par des acquisitions et il ajoute que le groupe allemand compte prendre une part active à ce processus.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

S'exprimant dans les colonnes de l'Euro am Sonntag, Heinrich Hiesinger dit aussi que la division de sidérurgie de ThyssenKrupp en Europe a réussi à doubler sa rentabilité opérationnelle sur l'exerice annuel clos en septembre et que le groupe confirme son objectif sur l'exercice en cours. ThyssenKrupp anticipait en novembre un résultat opérationnel de 1,6 à 1,9 milliard d'euros contre 1,68 milliard dégagés sur l'exercice 2014-2015

ThyssenKrupp évolue du statut de sidérurgiste à celui de groupe industriel diversifié, dont les trois quarts du chiffre d'affaires proviennent dorénavant de biens d'équipement tels que les ascenseurs, les pièces détachées pour l'automobile et les composants pour les centrales électriques.

Heinrich Hiesinger dit également que ThyssenKrupp ne compte pas scinder ou introduire en Bourse son pôle ascenseurs.

Avec Reuters (Edward Taylor, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS