L'Usine Energie

La Shem prévoit 34 millions d'euros d'investissements pour 2017

, , , ,

Publié le

Spécialisée dans la production d’hydroélectricité, la Société hydro-électrique du Midi (Shem), filiale du groupe Engie, poursuit son programme de rénovation de son parc de grands barrages. 34 millions d’euros d'investissements sont programmés pour 2017.

La Shem prévoit 34 millions d'euros d'investissements pour 2017 © Shem

Toujours dans l'attente des décisions concernant l'ouverture à la concurrence des concessions, la Shem (Société hydro-électrique du Midi), à la tête d'un parc de 56 usines hydro-électriques et de 12 grands barrages, répartis sur la chaîne des Pyrénées, les rivières du Lot et de la Dordogne, maintient une politique d'investissements soutenus.

Après avoir engagé 31 millions d'euros d'investissements, la filiale du groupe Engie annonce 34 millions d'euros d'investissements pour 2017, dont 17 millions d'euros en Nouvelle Aquitaine, 13,1 millions d'euros en Occitanie et 3,9 millions d'euros en Auvergne-Rhône-Alpes.

Trois chantiers majeurs sur Marèges, les Essarts et L'Oule

Au programme, la poursuite de trois grands chantiers pluriannuels sur les barrages de Marèges (Corrèze), Les Essarts (Cantal) et l’Oule (Hautes-Pyrénées). Outre la rénovation lourde de ces trois grands barrages, la Shem compte également engager une nouvelle tranche de rénovation de conduites forcées. Pour 2017, il est ainsi prévu de changer les deux conduites forcées qui permettent d’amener l’eau du barrage de Sainte-Engrâce à l’usine de Licq-Atherey, dans les Pyrénées-Atlantiques. Coût de l'opération : 2,5 millions d'euros.

Trois autres chantiers sont en phase de préparation en vallée d'Aure (Hautes-Pyrénées), vallée des Gaves (Hautes-Pyrénées) et Vallée d'Ossau (Pyrénées-Atlantiques), pour des rénovations prévues sur 2018 et 2019. Des chantiers souvent complexes, compte tenu des fortes pentes et des conditions climatiques dans ces zones de montagne.

Entre 2015 et 2020, la Shem, qui possède 72 conduites forcées représentant un linéaire de 65 km, a prévu de consacrer pas moins de 50 millions d'euros de travaux pour la rénovation de ses conduites forcées(entretien, peinture ou changement de tronçons).


Conduites forcées en Vallée d'Aure (Hautes-Pyrénées)


Nouveaux projets dans la petite hydro-électricité

Depuis quelques années, la Shem cherche également à se diversifier en direction de la petite hydroélectricité, souvent en partenariat avec des collectivités locales. Elle est ainsi actionnaire, au côté de la commune d’Uzerche (Corrèze), de la Société d’économie mixte Uzerche territoire d’énergie positive, qui vient de faire construire deux petites centrales hydroélectriques d’une puissance installée totale de 400 kW. L’inauguration est prévue au cours de ce premier semestre 2017.

Par ailleurs, dans le cadre de l’appel d’offres sur la petite hydroélectricité lancé par le ministère de l’Ecologie en avril 2016, elle a présenté un projet de création de centrale et a déposé un dossier de candidature en partenariat avec la commune de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) pour une usine d’une puissance de 250 kW.


Un chantier en altitude à Artouste, en vallée d'Ossau (Pyrénées-Atlantiques)

La Shem, dont le siège est à Balma (Haute-Garonne), dans l'agglomération toulousaine, emploie 320 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires de 88,3 millions d'euros en 2016, contre 85,5 millions d'euros en 2015. Son parc de production, d’une puissance totale de 783 MW, génère une production annuelle moyenne de 1 838 Gwh.

Marina Angel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte