La Shem annonce 43 millions d'euros d'investissements dans ses grands barrages en 2018

Spécialisée dans la production d’hydroélectricité, la Shem, filiale toulousaine du groupe Engie, compte investir 43 millions d'euros en 2018 dans des chantiers de rénovation de son parc de grands barrages en Nouvelle Aquitaine, Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes.

Partager
La Shem annonce 43 millions d'euros d'investissements dans ses grands barrages en 2018
Les 7 conduites forcées de l'usine hydroélectrique d'Eget, dans les Hautes-Pyrénées, vont bientôt être remplacées par une seule grosse conduite

"Malgré les incertitudes sur le renouvellement des concession et sur les règles d'ouverture à la concurrence, nous maintenons un haut niveau d'investissement de maintenance et de modernisation sur nos ouvrages existants", explique Pierre Chambon, directeur général de la Société Hydro-Electrique du Midi (Shem). Après 31 millions d'euros engagés en 2016 et 34 millions d'euros en 2017, la filiale toulousaine d'Engie, spécialisée dans la production hydroélectrique, prévoit d'investir 43 millions d'euros en 2018 dans des chantiers de maintenance lourde et de modernisation de ses grands barrages, en Nouvelle Aquitaine (23,8 millions d'euros), Occitanie (15,9 millions d'euros) et Auvergne-Rhône-Alpes (2,9 millions d'euros).

Nouvelles tranches de travaux à Marèges, Les Essarts et L'Oule

Au programme de cette année : la poursuite de trois chantiers majeurs et pluriannuels sur les barrages de Marèges (Corrèze), avec notamment le remplacement de la seconde vanne de l'évacuateur de crues en rive gauche, Les Essarts (Cantal), avec l'achèvement des travaux d'agrandissement des évacuateurs de crue et la pose de deux nouvelles vannes, et L’Oule (Hautes-Pyrénées), avec la pose de l'évacuateur de crue et d'un déversoir de nouvelle génération.

La Shem poursuit un autre grand programme pluriannuel, qui concerne la rénovation de conduites forcées. Il est ainsi prévu d'engager le chantier de remplacement des 7 conduites forcées de l'usine hydroélectrique d'Eget (Hautes-Pyrénées), par une seule grosse conduite d'un diamètre de 1,10 mètre. Un chantier évalué à 10 millions d'euros, à la fois complexe et spectaculaire (les conduites sont positionnées sur une très forte de pente) et qui s'échelonnera sur deux ans (2018 et 2019). La Shem prévoit aussi de remplacer les 900 mètres de conduites forcées qui alimentent la centrale des Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques). Un chantier de 6 millions d'euros.

Entre 2015 et 2020, 50 millions d'euros devraient être globalement investis dans ce seul volet de la rénovation des conduites forcées (entretien, peinture ou changement de tronçons).

Une expertise renforcée dans la petite hydro-électricité

Engagée depuis plusieurs années, la diversification en direction de la petite hydroélectricité devrait par ailleurs être accélérée, avec la création d'ici la fin de l'année d'une filiale dédiée. "Cette nouvelle entité aura vocation à devenir le centre d'expertise français du groupe Engie pour la petite hydroélectricité", précise Pierre Chambon. Dans un premier temps, elle regroupera tous les actifs que compte le groupe en France dans ce domaine, soit une quinzaine de petites centrales pour une puissance installée d'environ 25 MW. Mais l'ambition affichée est de doubler cette puissance installée dans un délai de cinq à dix ans et de développer les activités de conception, réalisation et exploitation de petites centrales. Dernières réalisations en date : l'inauguration en novembre 2017 de deux petites unités à Uzerche (Corrèze) dans le cadre d'un actionnariat au côté de la commune, au sein d'une société d'économie mixte, et la réalisation en Andorre, pour le compte d'une régie locale, d'une usine d'hydroélectrique qui alimente la station de ski d'Arcalis.

Avec son parc de 56 usines hydroélectriques et ses 12 grands barrages, répartis entre la chaîne des Pyrénées, les rivières du Lot et de la Dordogne, la Shem a réalisé un chiffre d'affaires de 90,2 millions d'euros en 2017. La société emploie actuellement 320 salariés, dont 130 à Balma, dans l'agglomération toulousaine, où sont réunis son siège, ses équipes commerciales et son bureau d'études.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SOCIETE HYDRO-ELECTRIQUE DU MIDI

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - OCAPIAT

Fourniture de signalétique et publicité sur lieu de vente

DATE DE REPONSE 16/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS