International

La Serbie inaugure la toute première autoroute chinoise d'Europe

Publié le

La Serbie a inauguré le samedi 17 août 2019, la première autoroute chinoise du pays mais surtout d'Europe. Une avancée dans le projet Belt and Road chinois qui fait toujours autant grincer des dents en Occident.

La Serbie inaugure la toute première autoroute chinoise d'Europe
La nouvelle autoroute chinoise est une première en Europe et un grand pas dans le projet Belt and Road chinois.

Le week-end du 17 et 18 août a été fructueux pour la Serbie qui a inauguré sa première autoroute chinoise en présence du président serbe Aleksandar Vucic. Construit, selon Euronews, par le groupe Shandong Hi-speed, le nouveau tronçon de l'autoroute de 62,5km a une largeur de 28,4m et compte 42 ponts et passages supérieurs, il reliera les villes d'Obrenovac à Ljig. L'autoroute, représente une avancée pour le développement de ce pays candidat à l'entrée dans l’Union européenne. Il s'agit d'une première en Europe qui voit plutôt d’un mauvais œil ce projet faisant partie du programme titanesque de "nouvelle route de la soie".

Un grand pas dans l’opération de la "Belt and road initiative"

Lancé en 2013 par le président Xi Jimping, le projet "Belt and Road" inscrit la Chine dans une volonté d'étendre son influence commerciale en investissant dans de nombreuses infrastructures afin d’ouvrir de nouvelles voies ferroviaires et maritimes à travers l’Asie et ainsi relier l’Europe et l’Afrique à l’extrême Orient. De nouvelles voies dont le but serait d'acheminer plus rapidement les produits chinois et bientôt d'introduire à l'Ouest le "Made in China 2025".

Ce projet ambitionne à l'aide de nombreux investissements de donner au pays de nouveaux avantages technologiques dans dix secteurs, en particulier dont les robots, l’intelligence artificielle et les voitures électriques. De l’autre côté de l’Atlantique, les Etats-Unis s’insurgent face à ce que le vice-président Mike Pence dénonce comme une "route à sens unique" le tout dans un climat pesant de guerre commerciale. En France le président Emmanuel Macron a profité de sa visite en Chine pour plaider pour des "coopérations équilibrées" notamment en Afrique.

Un projet sur la pente descendante

Selon l’agence de notation Moody’s Investors service la croissance des investissements étrangers de la Chine devraient ralentir dans les années à venir pour devenir plus sélectifs. Les investissements directs à l'étranger en Chine ont connu une croissance de 49,3% en 2016 suivis de deux années consécutives de baisse avec -23% en 2017 et -13,6% en 2018. 

Des pays comme le Pakistan, la Malaisie ou encore Sierra Leone ont suspendu voir annulé leur engagement dans le projet Belt and Road à cause de changements politiques et résistances de communautés locales. Le Premier ministre malaisien Mahatir Mohamad a même accusé le Belt and Road de "néocolonialisme" après avoir annulé le projet d'une liaison ferroviaire entre Kuala Lumpur et la Thaïlande ainsi que deux projets de pipelines financés par Pékin.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte