La semaine de l'économie du 7 au 16 janvier

Partager

Légère détente sur la dette souveraine européenne
Enfin de bonnes nouvelles ! Alors que la crise des dettes souveraines en Europe menace les Etats du sud depuis plusieurs mois, Madrid et Rome ont réussi hier à lever de l’argent sur les marchés à des taux bien plus raisonnables que l’année dernière. Les nouveaux gouvernements arrivés au pouvoir fin 2011, Mariano Rajoy en Espagne et Mario Monti en Italie, et les plans de rigueur drastiques mis en place semblent avoir réussi à rassurer les marchés.
L’Espagne a ainsi émis près de 10 milliards d’euros d’obligations à moyen terme, pour un taux inférieur à 4 % pour ses obligations à quatre ans, alors que les taux approchaient les 5 % lors de sa dernière émission. De son côté, l’Italie a placé 8,5 milliards d’euros de dette à un an, pour un taux de 2,735 %, contre un taux de 5,952 % lors de son émission de début décembre.

Les créations d’entreprises marquent le pas
Année sombre pour l’entrepreneuriat. Selon l’étude de l’Insee, le nombre de création d’entreprises a reculé de 11,6 % en 2011 par rapport à 2012, hors auto-entreprises. Le mois de décembre s’est achevé sur une réduction des créations de 6,3 % par rapport au mois précédent, avec 24 375 entreprises créées. L’industrie pâtit tout particulièrement de la faiblesse de l’entrepreneuriat. Sur l’année 2011, le nombre de créations de PMI a chuté plus fortement que l’ensemble du marché, avec - 14,9 %, soit la deuxième plus forte baisse après les entreprises de services aux ménages (-21 %).

Premier investissement pour le Fonds national d’amorçage
Le Fonds national d’amorçage (FNA), c’est parti ! Issu du grand emprunt, ce fonds de fonds de 400 millions d’euros, censé investir indirectement dans l’économie par l’intermédiaire d’autres fonds d’investissement, a mis du temps à se mettre en place. François Barouin, le ministre de l’Economie, et René Ricol, le Commissaire général à l’investissement, ont annoncé le 12 janvier le premier investissement du FNA. Celui-ci a participé à une augmentation de capital de 33,5 millions d’euros d’Inserm Transfert Initiative, la société dédiée à l’amorçage dans les jeunes entreprises du biomédical. Le FNA a apporté 15 millions d’euros, le FSI et l’Inserm ont chacun misé 5 millions d’euros, le reste provenant d’autres acteurs pour des sommes moins élevées. Avec cet apport d’argent frais, Inserm Transfert Initiative compte soutenir en fonds propres entre 15 et 20 nouvelles entreprises, pour des montants de l’ordre de 2 millions d’euros.
Le FNA, géré par CDC Entreprises, devrait annoncer d’autres prises de participation, l’objectif du gouvernement étant d’investir dans une quinzaine de sociétés d’investissement. Avec des secteurs prioritaires : la santé, l’alimentation et les biotechnologies, les technologies de l’information, les nanotechnologies et les cleantechs.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS