La semaine de l'économie du 11 au 17 juin

Partager

Déferlement de propositions en faveur des PME

Le salon Planète PME, organisé le 16 juin par la CGPME, aura été l’occasion de mettre un coup de projecteur sur le financement et le développement des petites et moyennes entreprises, mais le Medef avait lancé l’offensive dès le début de la semaine.
Laurence Parisot, la présidente du Medef, a ainsi appelé dès mardi à la création d’un « small business act » à l’européenne afin de favoriser la croissance des PME. L’organisation patronale décline toute une série de mesures visant notamment à améliorer le financement des PME, leur accès aux marchés publics, les faire bénéficier de la simplification administrative, ou encore les faire participer à la normalisation.
De son côté, la CGPME a également profité du salon Planète PME pour transmettre au premier ministre François Fillon ses idées pour accompagner les PME. Beaucoup rejoignent d’ailleurs les mesures envisagées par le Medef. Réunies dans un document baptisé « Cap France PME 2012-2017, 5 ans pour agir », les quarante propositions visent notamment à « stopper l’inflation législative et réglementaire », « alléger durablement le coût du travail », « veiller au respect par les collectivités locales des règles en matière de délais de paiement », ou encore « améliorer l’accès des PME à la commande publique ».
Enfin, le gouvernement a aussi tenu à démontrer qu’il ne laissait pas les PME de côté. Présent sur le salon, François Fillon a ainsi rassuré les chefs d’entreprises sur la simplification administrative, en promettant une loi pour cet été. Il a également annoncé le renouvellement pour huit ans, à partir de 2012, de France Investissement, le dispositif créé en 2006 pour investir dans les PME et rattaché depuis au Fonds stratégique d’investissement (FSI). Une enveloppe de 5 milliards d’euros d’argent public sera mise en place pendant ces huit ans.
PME et ETI améliorent leur présence en Bourse
Les marchés commenceraient-ils à s’intéresser aux PME ? Selon le rapport de l’Observatoire du financement des entreprises par le marché, remis le 15 juin à Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, les 574 PME ou ETI (entreprises de taille intermédiaire) cotées en Bourse ont réussi à lever 4,3 milliards d’euros sur les marchés financiers entre 2009 et 2010. L’observatoire, qui réunit le ministère de l’Economie, l’Autorité des marchés financiers, la Banque de France, la Caisse des dépôts et consignations, le Medef, le médiateur du crédit, Middlenext et Nyse Euronext, recense 24 introductions en Bourse en 2010, pour 484 millions d’euros, contre seulement deux l’année précédente, pour 5 millions d’euros.
Les rapprochements entre les places boursières internationales pourraient toutefois ne pas tourner à l’avantage des petites entreprises. La ministre de l’Economie a, du coup, confié une nouvelle mission à Thierry Giami, le président de l’Observatoire du financement des entreprises par le marché, et à Gérard Rameix, le médiateur du crédit. Ils devront élaborer, d’ici le mois d’octobre, des propositions pour « un financement efficace et disponible des PME et ETI par les marchés dans le contexte d’internationalisation croissante des Bourses ».
La sortie de crise validée par l’Insee
Les statisticiens de l’Insee sont formels : la France est sortie de la récession. Dans leur ouvrage annuel récapitulant l’état de l’économie française en 2010, publié le 16 juin 2011, ils avancent même la sortie de crise à la mi-2009. L’une des principales raisons tient à la reprise de la production manufacturière, qui a connu un net rebond en 2010 (+4,5 %). La reprise du commerce mondial a en effet permis aux industriels français de relancer leurs exportations, qui ont progressé de 9,7 %. La progression atteint même 11,5 % pour les seuls produits manufacturés. L’autre raison tient à la consommation des ménages, qui augmente de 1,3 % en 2010 après une période de stabilisation pendant la crise.
Arnaud Dumas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS