Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

La sécheresse n'a pas épargné les sapins de Noël

Franck Stassi ,

Publié le

Noël, c'est dans un mois jour pour jour ! La tenue des épines de votre sapin de Noël pourrait être moins bonne cette année, sécheresse oblige. Les producteurs cherchent à s’adapter davantage aux variations climatiques.

La sécheresse n'a pas épargné les sapins de Noël
L'épicéa est, dans les ventes de sapins, supplanté par le nordmann.
© AFSNN

Dans un mois, peut-être le père Noël déposera-t-il ses cadeaux au pied de votre sapin… s’il n’a pas perdu ses épines. "A partir du mois de juillet, nous avons basculé sur un temps très sec et très chaud, fort heureusement assez tard. Nous avons des arbres qui n’ont pas reconstitué leur potentiel hydrique. La tenue dans le temps des sapins coupés pourrait en être légèrement affectée. Quand les années sont sèches, la tenue des aiguilles peut être moindre. Cela rappelle que l’on travaille avec des produits vivants", explique Frédéric Naudet, président de l’Association française du sapin de Noël naturel, qui représente 130 producteurs.

50% des sapins naturels sont achetés avant le 9 décembre, et 16 % entre le 10 et le 14 décembre, selon les chiffres de l’an dernier. La saison avait pourtant bien commencé, avec des conditions climatiques favorables lors d’un hiver et d’un printemps pluvieux. La filière a mis en place des plans de plantation réguliers, dans 46 départements. Les plants sont repiqués en terre à l’âge de 4 ans puis poursuivent leur croissance durant cinq à dix ans. "Nous ne sommes pas des consommateurs d’eau pour irriguer ! Nous devons prévoir nos rythmes culturaux en fonction des risques de sécheresse", poursuit Frédéric Naudet.

Le Nordmann, leader incontesté du marché

Une chose, en revanche, ne change pas : les habitudes des consommateurs. Le Nordmann, très résistant aux environnements secs, représente 75,3 % du marché, devant l’épicéa (21,4 %), malgré son prix supérieur de 40 % en moyenne (28,60 euros pour un Nordmann contre 20,40 euros pour un Epicéa). Les autres espèces (Pungens, Nobilis…) se partagent les miettes. "Cette répartition est un peu figée, mais nous faisons avec.  Nous avons organisé notre production en conséquence. Il faut cinq à six ans au minimum pour produire une nouvelle variété. Il n’y a pas de risques d’assister au développement colossal d’une nouveauté ou d’une start-up qui viendrait de nulle part !", se rassure le président de l’association. Les prix devraient rester stables.

A l’instar d’autres filières agricoles, comme le maïs, les producteurs de sapin, qui emploient 5000 saisonniers, sont vigilants quant à l’évolution des dispositifs d'exonération de charges pour les employeurs agricoles de travailleurs saisonniers. Leur suppression est prévue par le gouvernement. "Cela renchérirait beaucoup le coût de nos produits. Nous recrutons en novembre dans les exploitations, et en décembre pour la vente. Pour faire vivre la ruralité, il faut encourager le travail saisonnier dans l’agriculture", appuie Frédéric Naudet. Des exonérations de charges ont, pour l’heure, été annoncées par le ministre de l’Agriculture et de l’alimentation Didier Guillaume.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle