L'Usine Matières premières

La sécheresse freine à peine les producteurs californiens d'amandes

Franck Stassi , , ,

Publié le

En dépit d'une sécheresse persistante et d’une irrigation restreinte, les producteurs californiens d'amandes continuent d'investir pour conforter leur leadership, notamment en renouvelant leur parc.

La sécheresse freine à peine les producteurs californiens d'amandes © almonds.com

Malgré une situation de sécheresse récurrente depuis quatre ans, les producteurs californiens d’amandes devraient poursuivre leurs investissements. La Californie produit 99% des amandes des Etats-Unis, qui eux représentent 80% de la production mondiale d’amandes.

Après avoir progressé en moyenne de 4,5% par an lors des 20 dernières années, leur production s’apprécierait de 2% à 3,5% par an au cours de la décennie à venir, estime Rabobank. "La hausse des prix et des profits des producteurs californiens d’amandes continueront à encourager l’augmentation des plantations. Les pépiniéristes ne font que très faiblement part d’un ralentissement de leurs commandes", indique Vernon Crowder, analyste pour la banque néerlandaise.

L’environnement au sein duquel évoluent ces producteurs n’est pourtant pas de tout repos. Pour la première fois de son histoire, l’Etat est soumis, depuis le début du mois, à des restrictions d’eau, qui touchent notamment le secteur agricole (80% de l’utilisation de cette ressource). La consommation en eau doit baisser de 25% au cours des neuf prochains mois. En 2014, les producteurs d’amandes ont mis en jachère plus de 400 000 hectares et ont davantage dû recourir aux réserves souterraines en eau pour irriguer leurs cultures. Cette situation "confronte les amandes et les gens", a estimé, lors du dernier sommet Commodities du Financial Times, le directeur général de Cargill, David MacLennan, pour qui le développement durable constitue "une priorité non-négociable".

Une demande toujours plus forte

En dépit de ces contraintes environnementales, le monopole dont jouissent les producteurs californiens d’amandes ne semble pas s’éroder. La hausse continue de la demande mondiale et la stagnation de la production entretiennent une hausse des prix entamée de longue date : les prix moyens par livre n’ont jamais cessé de grimper depuis la campagne 2008-09. Le recours à l’eau salée pour irriguer les cultures devrait par ailleurs avoir un impact négatif sur les rendements lors des deux prochaines campagnes. Les agriculteurs ont pour habitude de renouveler leur parc d’amandiers lorsque les prix sont orientés à la hausse, et de réduire leurs investissements dans le cas contraire, rappelle Rabobank. Alors que la durée de vie moyenne d’un amandier est de 20 ans, près de la moitié du parc californien est âgée de plus de 15 ans.

Ce renouvellement nécessaire du parc doit permettre d’accompagner la hausse de la demande. "Les acheteurs pensent qu’il est difficile de substituer d’autres produits à l’amande, de plus en plus populaire", ajoute Vernon Crowder. Lors de la dernière décennie, le Moyen-Orient et les pays est-asiatiques ont plus que triplé leur consommation totale d'amandes, passant respectivement de 54 millions et 96 millions de livres en 2004 à 195 millions et 346 millions de livres en 2013.

L’Union européenne demeure pour sa part le premier marché à l’export des producteurs californiens d’amandes, avec 522 millions de livres livrées en 2013 contre 418 millions dix ans auparavant. En Europe (6% de la production mondiale d’amandes), la majorité du parc d’amandiers est localisée en Espagne, mais n’a pas bénéficié des investissements nécessaires à son développement. Il sert essentiellement de variable d’ajustement, déplore Rabobank.

Un produit qui bénéficie de l’engouement pour le snacking qualitatif


Shelled : amandes décortiquées – In shell : en coques

La filière californienne doit, enfin, s’adapter à l’évolution des usages. Aux Etats-Unis, au cours des 20 dernières années, la consommation d’amandes par habitant a augmenté de 6% par an, soutenue par une importante campagne de communication sur les bénéfices nutritionnels et pour la santé du produit. La répartition y est égale entre consommation directe et usages industriels. En Chine et en Inde, 80% de la consommation s’effectue sous forme de snacking. Comme l’illustre le graphique ci-dessus, entre 1997-98 et 2012-13, les exportations d’amandes en coques n’ont cessé de prendre de l’ampleur. Les consommateurs européens expriment pour leur part une nette préférence pour les amandes décortiquées (60% des exportations).

Dans tous les cas, "la prise de conscience des avantages pour la santé et l'utilisation d'amandes au sein de toujours plus de produits va continuer à accroître leur popularité mondiale en tant que collation et en tant qu’ingrédient", conclut la banque néerlandaise.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte