Quotidien des Usines

La savonnerie Rampal Latour se glisse dans de nouveaux murs

, ,

Publié le

Le savonnier provençal Rampal Latour inaugure jeudi 17 mars une usine où il met en œuvre un procédé innovant de fabrication du savon de Marseille, développé avec l'Ifpen et le soutien de BPI France.


Crédits: Jean-Christophe Barla

Implantée dans la zone de la Crau, à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), la nouvelle usine de Rampal Latour, inaugurée jeudi 17 mars, occupe 2 500 mètres carrés, entre atelier, bureaux et boutique de vente. Trois ans de travail et l'appui financier de BpiFrance auront été nécessaires pour mener à bien un projet dont le montant d'investissement n'est pas dévoilé.

"Tout au long de l'histoire du savon de Marseille, la tradition n'a jamais cessé d'évoluer pour satisfaire les attentes des contemporains. Avec cette usine et le procédé que nous avons conçu, nous améliorons encore le savoir-faire du savonnier", assure Jean-Louis Plot, gérant de cette savonnerie familiale née en 1828 qu'il a reprise avec son épouse en 2004. Elle employait alors cinq personnes pour un chiffre d'affaires voisin de 600 000 euros. Elle pèse aujourd'hui 3,6 millions d'euros avec un effectif de 29 salariés.

Le nouveau procédé de production, mis au point dans le cadre d'un projet de R&D avec l'IFP Energies Nouvelles (Ifpen), permet de conserver au sein du savon la glycérine qui se constitue durant la saponification et qui était autrefois évacuée durant la procédure de lavage de la pâte à savon.

Innovant mais authentique

Tout en respectant les principes de la fabrication traditionnelle au chaudron, actée en 1688 par Colbert, qui fait la spécificité du Savon de Marseille (huiles 100% végétales, pas d'additif, ni de parfum, conservateur ou colorant), il en résulte, selon le dirigeant, un produit naturellement plus doux pour la peau, mais aussi plus respectueux de l'environnement. "Le pourcentage de glycérine lui confère les mêmes caractéristiques hydratantes et protectrices qu'une crème cosmétique. Le tout en consommant sept fois moins d'énergie et quatre fois moins d'eau", indique Jean-Louis Plot, en précisant que deux brevets sont en cours d'instruction.

Avec cet outil qui vient compléter l'atelier historique conservé dans le centre de Salon-de-Provence, l'entreprise espère conforter une croissance qu'elle réalise également sur d'autres produits pour la personne (savonnettes parfumées, shampooings, gels douche...) ou la maison (savon noir, paillettes pour la lessive...). Elle continuera notamment de miser sur l'export dont elle tire 40% de son activité, grâce à une commercialisation dans une vingtaine de pays, Taïwan et Corée du Sud en tête. 

Jean-Christophe Barla

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte