La Saur toujours dans l’impasse après l’échec d’un accord pour son sauvetage

Au terme d’une intense négociation menée le jeudi 6 juin, la Saur est parvenue à un accord de principe avec deux de ses principaux créanciers, BNP Paribas et Natixis. Mais trois de ses actionnaires n’ont pas validé le projet d'accord lors d'un conseil de surveillance convoqué exceptionnellement dans la soirée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Saur toujours dans l’impasse après l’échec  d’un accord pour son sauvetage

"Je pense qu'on n'est pas loin d'un accord entre les parties, même si les derniers jours de la négociation sont tendus", a déclaré, ce vendredi 7 juin, Olivier Brousse, le directeur général de la Saur, interrogé sur BFM Business. Et pour cause. Alors que la veille, il pensait avoir trouvé un terrain d’entente avec deux de ses principaux créanciers, les actionnaires n’ont pas validé l’accord.

BNP Paribas et Natixis avaient accepté un allègement de la très lourd dette contractée par le numéro trois de la distribution d'eau en France. Ils consentaient à un abandon de créance de l'ordre d'un milliard d'euros, et une charge d'intérêt diminuée de 60% ou 70%. De quoi redonner un peu d’oxygène à la Saur, asphyxiée par une dette colossale de 1,6 milliard d'euros, dont elle n'arrive plus à payer les intérêts.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un accord avant le 30 juin

Mais la bouffée d’air accordée par les banques n’était visiblement pas suffisante pour les actionnaires, le FSI, Séché Environnement et Cube Infrastructure en tête. Convoqués en fin de journée pour un conseil de surveillance exceptionnel, ils ont rejeté l’accord. Le conseil de surveillance "a demandé plus d'informations", à l'issue de "vif débats", a commenté Olivier Brousse.

Les actionnaires espèrent-ils ainsi pousser les banques à un effort plus conséquent ? Le stratagème pourrait s’avérer dangereux car banques, actionnaires et société doivent se mettre d'accord avant le 30 juin pour éviter un dépôt de bilan de la Saur.

Astrid Gouzik

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS