La Russie remettrait en cause l'achat de Mistral à la France

MOSCOU (Reuters) - La Russie va lancer un appel d'offres pour des porte-hélicoptères destinés à sa marine de guerre et envisager des solutions nationales, alors que Moscou était supposé se fournir auprès de la France, rapporte jeudi le quotidien économique Kommersant.

Partager

Le journal, qui cite Roman Trofimenko, président du groupe public United Shipbuilding Corporation, écrit que le ministère de la Défense envisage d'organiser un appel d'offres international pour ces bâtiments. Il ajoute que le ministère préférerait les acheter à l'étranger.

Le ministère n'était pas immédiatement joignable pour un commentaire.

La Russie a discuté de l'achat à la France de porte-hélicoptères de la classe Mistral. Le président Nicolas Sarkozy a assuré le mois dernier que la vente de ces bâtiments à Moscou était acquise et que la France en construirait deux pour la Russie.

Un dirigeant des chantiers navals avait en outre dit que l'accord devait être finalisé d'ici la fin de l'année.

Mais les négociations ont été compliquées par l'espoir de la Russie d'acquérir des navires avec l'ensemble de sa technologie d'armement, une perspective jugée inquiétante par le commandant des forces navales américaines en Europe.

Les voisins baltes de la Russie, qui sont désormais membres de l'Otan, se sont également inquiétés de la possibilité que Moscou acquière des Mistral.

Le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov avait déclaré en mai que Moscou discutait également dans ce dossier avec l'Espagne et les Pays-Bas, précisant que la Russie souhaitait acheter quatre bâtiments.

Steve Gutterman, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS