Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

La Russie fournit (aussi) du blé à la Syrie

Franck Stassi , , ,

Publié le

La Syrie a commandé 1 million de tonnes de blé auprès de la Russie pour satisfaire les besoins alimentaires des régions restées sous le contrôle de Bachar al-Assad, affirme Reuters.

La Russie fournit (aussi) du blé à la Syrie © Karpati / MorgueFile / C.C.

L’agence syrienne d’achat de céréales aurait conclu avec la Russie un accord en vue de l’achat d’un million de tonnes de blé, indique l’agence Reuters. L’objectif serait de couvrir pour une durée d’un an les besoins dans les zones contrôlées par le gouvernement, afin d’assurer la fourniture de pains subventionnés à ces populations. D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 9,4 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population syrienne, sont incapables de satisfaire leurs besoins alimentaires de base.

Le prix proposé par les autorités russes s’élèverait à 168 dollars la tonne, coûts et fret inclus, un montant bien inférieur à celui proposé à d’autres pays, dont l’Egypte, premier acheteur mondial de blé. La Russie bénéficie, cette année, d’une récolte record de céréales (113 millions de tonnes). La Syrie avait déjà acheté 350 000 tonnes de blé d’origine russe durant l’été.

Un secteur agricole fortement affaibli

La récolte syrienne de blé pourrait à nouveau baisser de moitié, à 1,3 Mt, d’après Reuters. La FAO avançait, en juillet dernier, le chiffre de 1,9 million de tonnes au maximum. Elle s’élevait à plus de 4 millions de tonnes avant le début de la guerre, en 2011. "La production agricole a été affectée par la rareté et les prix élevés des intrants agricoles et par la faible qualité du carburant", souligne la FAO. Les infrastructures d'irrigation endommagées, la pénurie et le coût élevé de la main-d'œuvre ont également contribué à affaiblir son secteur agricole. Depuis 2011, les troupeaux de bovins, de moutons et de volailles ont respectivement chuté de 30%, de 40% et de 50%. Le coût de l’alimentation animale s’est quant à lui apprécié de 168% en 2015.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle