La riposte de Samsung, mutations à venir dans les télécoms, les défis d'Airbus, Wikileaks : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf ,

Publié le

En préambule du Mobile World Congress de Barcelone, Samsung a présenté son arme anti iPhone 6, le Galaxy S6, décliné en deux versions. Dans les coulisses du salon, on devrait beaucoup parler des possibles consolidations dans les télécoms européens. Egalement dans l'actu, un retour sur les bons résultats d'Airbus et Julian Assange invité de la matinale d'Europe 1.

Samsung à la relance avec ses Galaxy S6 et S6 Edge

 

 

Attaqué sur deux flancs, par les fabricants low-cost chinois et un iPhone au succès insolent, Samsung doit rapidement réagir face à l'effritement de ses parts de marché. Il dévoile sa riposte au MWC de Barcelone : un S6, décliné en deux versions, dont l'une dotée d'un écran débordant sur les côtés. "Samsung rejoue la recette qui a fait son succès: coller rapidement aux dernières tendances, tout en s'autorisant quelques prises de risque", analyse Le Figaro. "Alors que ses smartphones étaient critiqués pour leur matériau plastique, peu conforme à leur positionnement tarifaire, il fait le choix d'un habillage de métal et de verre, plus précieux. La ressemblance avec l'iPhone 6 est parfois troublante. Soucieux de ne pas renouer avec l'image de copieur, qui lui a valu un procès aux États-Unis, Samsung se distingue néanmoins d'Apple en introduisant une seconde version du smartphone, plus chère, dont l'écran se prolonge sur la tranche des deux côtés"

20 minutes estime de son côté que "Samsung réussit enfin son design", France Info juge que la marque se place "sur les pas d'Apple". Mais " il perd des spécificités qui avaient été mises en avant sur les précédents modèles : ainsi, le téléphone n’est plus étanche, on ne peut plus changer la batterie ni ajouter de carte mémoire", précise la radio.

Télécoms : micmacs à tire-larigot

Ça s'agite dans les coulisses des opérateurs télécoms européens. Le 27 février, Vivendi a cédé à Altice les 20% qu'il détenait toujours dans SFR-Numericable. Pendant ce temps, Altice discute toujours avec Bouygues Télécom (une offre de 7 à  7,5 milliards d'euros aurait été mise sur la table) et – plus étonnant – Orange envisage un rapprochement avec son homologie transalpin Télécom Italia. Ces multiples mouvements et jeu d'influence sont détaillés dans le JDD, qui note que Xavier Niel se verrait bien jouer le rôle d'arbitre. "Le patron de Free rêve d'un dépeçage de Bouygues Telecom pour récupérer son réseau et ses fréquences à vil prix. Face aux géants Orange et SFR-Bouygues, il trouverait un allié de poids auprès de l'Autorité de la concurrence".

Ramp up : la priorité d'Airbus en 2015

 

 

Les Echos revient sur les résultats records d'Airbus en 2014. Un succès qui oblige l'entreprise à réussir la montée en cadence de ses usines. "Si chaque A380 est désormais rentable, le début de la production en série de l'A350 nécessite une attention de tous les instants, "explique le quotidien économique. "L'avionneur doit par ailleurs diminuer progressivement les cadences de l'A330, de 10 à 6 par mois, pour monter en charge sur la version Neo du long-courrier dont la commercialisation a démarré cet été.  Surtout, il lui faut organiser sans rupture la montée en cadence de la production de l'A320, sa vache à lait, pour la porter à 50 par mois début 2017, contre 42 actuellement".

Julian Assange : la France doit jouer un rôle moteur dans l'indépendance de l'Europe vis à vis des Etats-Unis

Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, est l'invité de la matinale d'Europe 1. Il s'est exprimé sur de nombreux sujets, notamment le positionnement de la France par rapport aux Etats-Unis. "Si en théorie, la France doit encore avoir la capacité d'assurer son indépendance par rapport au reste du monde occidental, en pratique, le niveau d'investissement américain en France et inversement, le niveau d'investissement français aux Etats-Unis, les accords d'échange de renseignement ont largement affaibli cette position et cette capacité théorique d'indépendance".

"Il est possible qu'il soit aujourd'hui trop tard", s'inquiète l'activiste, mais la France "peut jouer un rôle important pour l'indépendance européenne".


Assange : "La Russie ne m'a pas accusé d... par Europe1fr

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte