Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La riposte de Londres face à l'avion franco-allemand s'appelle "Tempest"

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Le gouvernement britannique a dévoilé au salon aéronautique de Farnborough un nouveau projet d'avion de combat, destiné à remplacer le Typhoon. Y participeront les industriels aéronautiques britanniques, mais aussi le fabricant européen de missiles MBDA.

La riposte de Londres face à l'avion franco-allemand s'appelle Tempest
Le gouvernement britannique a dévoilé son nouveau projet d'avion de combat, qui remplacera le Typhoon, ici en photo.
© Mark Harkin CC Flickr

"Tempest", c'est le nom de l’avion de combat qui remplacera à terme l'Eurofighter Typhoon outre-Manche, a dévoilé la Première ministre Theresa May lors de son passage au salon aéronautique de Farnborough, qui a ouvert ses portes en Angleterre le 16 juillet. Il sera conçu et produit par les industriels britanniques BAE et Rolls-Royce, ainsi que l'italien Leonardo et le fabricant européen de missiles MBDA.

Avec un financement déjà prévu de deux milliards de livres (2,3 milliards d'euros) d’ici 2025, le nouvel avion devrait être opérationnel d'ici 2035. Il est destiné à remplacer en 2040 le Typhoon, développé dans les années 1980 par l'Allemagne, l'Espagne, la Grande-Bretagne et l'Italie.

Trouver des pays partenaires

Le Grande-Bretagne n'a pas développé d'avion de combat seule depuis les années 1960. Elle a toutefois contribué à développer et à construire l'avion de combat le plus avancé de la flotte britannique, le F-35 américain, sur lequel BAE Systems assure environ 15% du travail sur chaque appareil. La Grande-Bretagne discute donc avec d'autres pays, comme la Suède, pour trouver des partenaires pour développer le nouvel avion, selon Reuters.

Ce projet britannique, à moins de neuf mois de la sortie prévue du pays de l'Union européenne, apparaît comme une concurrence au projet d'avion de combat de la France et de l'Allemagne – emmené par les groupe hexagonal Dassault Aviation et européen Airbus -, qui entend succéder à l'Eurofighter Typhoon, au Rafale et au Gripen du suédois Saab dans le cadre du programme FCAS.

Afin de rassurer une industrie aéronautique européenne inquiète des conséquences du Brexit, Theresa May a indiqué que le Royaume-Uni entend "rester l'un des meilleurs endroits au monde pour les entreprises aéronautiques et l'un des leaders mondiaux de l'innovation" dans ce secteur. Elle promet des financements public-privé de 343 millions de livres pour soutenir la recherche et développement dans le secteur aéronautique civil.

 

(avec Reuters)

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

18/07/2018 - 13h38 -

Je serais curieux de connaître ce financement en R&D de 343 m€ privé et public! En plein Brexit. Cela fait plutôt "fake news", le monde de l'aéronautique étant plutôt en attente des conséquences " Brexitiennes".
Répondre au commentaire
Nom profil

26/09/2018 - 16h58 -

Ils ne sortent pas de l'OTAN aucun changement d'alliance donc pas de quoi freiner les projets militaires. Ensuite sur le sous-entendu brexit donc la ruine pour le royaume-uni je vous conseil de prendre du recul sur la presse catastrophe , d'analyser ce qui à été dit avant le vote et ce que l'on peut déjà en vérifier à 1an et demi plus tard.
Répondre au commentaire
Nom profil

16/07/2018 - 18h55 -

Il faudras qu'ils nous expliquent les pays qui se lancer dans un nouvelle avion (ici les anglais et les italien) comment il vont faire pour financer un programme de plusieurs milliards alors qu'ils sont empétré dans le catastrophique F35 qui siphone leur budget dans le même temps. Pour rappel le F35 était annoncé au niveau tarifaire d'un F16 (~50 millions) à l'origine , aujourd'hui nous somme dans le haut de la fourchette des 100 et 150 millions , sans compter les frais de maintenance nettement supérieur eux aussi aux prévisions initials.
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle