La "révolution verte" d'Eva Joly promet 981 000 créations d'emplois

La candidate d'Europe Ecologie-Les Verts a chiffré à 981 000 créations d'emplois nets son programme pour l'élection présidentielle. Son "pacte écologique pour l'emploi", promet notamment 440 000 créations de postes liés aux économies d'énergie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La

Près d'un million d'emplois nets créés d'ici à 2020. C'est la promesse de la candidate du parti d'Europe Ecologie-Les Verts, faite aujourd'hui à l'occasion d'une rencontre avec les salariés du fabricant M-Real (Haute-Normandie), à travers son "pacte écologique pour l'emploi".

"La France poursuit des mirages et des impasses pour répondre au chômage, à commencer par l'espérance vaine d'une croissance retrouvée. La réponse des écologistes pour créer un million d'emplois, c'est l'économie verte et le vivre mieux", insiste-t-elle. Eva Joly défend l'idée d'une "nouvelle révolution industrielle", dans ce document qu'elle a tenu à présenter "avant le sommet social décrété par Nicolas Sarkozy, (…) l'exemple même d'une politique de coups sans lendemains".

Les économies d'énergie, premier pourvoyeur d'emplois

Selon ce "pacte", qui se base sur des travaux du laboratoire Cired du CNRS, actualisée avec les derniers chiffres de l'Ademe, les économies d'énergies seraient la principale source d'emplois (440 000 postes), grâce à la réhabilitation de 900 000 logements par an d'ici à 2020 selon les normes de basse consommation. "130 000 emplois directs et indirects seraient créés dans les ouvertures, 260 000 dans l'isolation et 45 000 pour les systèmes de chauffage efficaces", précise le document.

Autre domaine générateur d'emplois : les énergies renouvelables, dont le développement permettrait de créer 141 000 postes, dont 80 000 dans la filière solaire, 40 000 dans l'éolien, 15 000 dans le bois et 6 000 dans le biogaz. Des emplois qui viendraient contrebalancer les 135 000 perdus sur la période dans les énergies fossiles et la filière nucléaire, qui perdrait 37 réacteurs dont 63 % du parc installé.

Si l'agriculture pourrait créer 75 000 emplois grâce au développement du bio qui nécessite un plus grand nombre d'opérations manuelles, le secteur automobile perdrait dans le même temps 60 000 emplois.

Eva Joly n'a pas oublié d'évoquer le coût de sa "révolution verte" et son impact sur les finances publiques notamment. Selon elle, le nouveau modèle énergétique n'aura que peu de "conséquences sur le budget de l'Etat", "les moyens de production appartenant à des opérateurs indépendants au plan budgétaire". Elle estime par ailleurs que "les investissements dans l'isolation des logements seraient rentabilisés par les économies d'énergie" réalisées chaque année.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS