Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La restructuration chez EON pourrait concerner 11 000 emplois

,

Publié le

La situation pourrait être pire qu’annoncé. Le groupe nucléaire allemand pourrait supprimer jusqu’à 11 000 postes dans le monde.

La restructuration chez EON pourrait concerner 11 000 emplois © DR

La décision de l’Allemagne de mettre un terme à l’énergie nucléaire en 2022 met à mal le numéro un du secteur allemand, le groupe EON.

A l’occasion de la présentation de ses résultats semestriels le 10 août, EON annonce qu’il va restructurer ses activités, ce qui devrait affecter 11 000 emplois. L’objectif étant de réduire ses coûts annuels de 1,5 milliard d’euros. Ce sont principalement des postes administratifs qui devraient être concernés, selon EON.

Le groupe a en effet enregistré une perte nette de 1,49 milliard d’euros avant minoritaires au deuxième trimestre. Son bénéfice net part du groupe a été divisé par cinq sur un an, même s’il reste positif à 691 millions d’euros pour le premier semestre.

Face à ce "recul massif de ses revenus", EON prévoit d’enregistrer un bénéfice net annuel hors éléments exceptionnels entre 2,1 et 2,6 milliard d’euros, soit un retrait par rapport à ses prévisions initiales (3 à 3,7 milliards d’euros). Le groupe justifie cette révision par la décision du gouvernement allemand de stopper toutes les centrales en 2022 et par les mauvais résultats dans le courtage d’électricité.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle