La restructuration annoncée de GE plonge les sites français dans l’incertitude

Les sites français de General Electric, dont Grenoble et Belfort, sont dans l'incertitude la plus complète après l'annonce, lundi 13 novembre, d'une restructuration massive du conglomérat américain. La branche énergie, dont font partie les activités Alstom rachetées fin 2015, est dans le viseur.

Partager
La restructuration annoncée de GE plonge les sites français dans l’incertitude
A la tête de GE depuis cet été, John Flannery a pointé une perte de 2,8 milliards d'euros pour les trois co-entreprises avec Alstom issues du rachat de la branche énergie du français.

Après les annonces du PDG de General Electric lundi 13 novembre, c’est l’inquiétude en France. "Nous n’avons connaissance d’aucune déclinaison locale du futur plan de restructuration mais nous sommes très inquiets après les déclarations de John Flannery, notamment sur les activités de l’ancienne branche énergie d’Alstom", a réagi auprès de l’Usine Nouvelle Henri-Louis Humbrecht, représentant syndical CFE-CGC sur le site de Belfort.

Le conglomérat américain va entamer un vaste plan de restructuration avec le recentrage de ses activités sur l’aéronautique, le médical et l’énergie, impliquant la cessions de 20 milliards de dollars d'actifs, ainsi que la suppression de milliers d'emplois à travers le monde. Si le recentrage sur l’énergie est plutôt une bonne nouvelle pour le site de Belfort, centre d’excellence mondial des turbines de centrales électriques depuis le rachat des activités énergie d’Alstom fin 2015 par GE, cette acquisition a été qualifiée de "très décevante" par le nouveau PDG du conglomérat américain. John Flannery a pointé 2,8 milliards de pertes en 2016 sur les activités de l’ancienne branche d’Alstom logées dans les trois coentreprises avec Alstom crées en 2015, qui incluent l'hydroélectrique et les turbines vapeur pour le nucléaire.

Quid de la promesse de créer 1000 emplois nets en France ?

"Nous ne comprenons pas comment a été calculé ce chiffre de 2,8 milliards de pertes, confie Henri-Louis Humbrecht. Mais si GE considère que cette activité lui fait perdre de l’argent et qu’il sait qu’en 2018 il devrait théoriquement être obligé de rénjecter 2,5 milliards d’euros pour racheter les dernières parts d’Alstom, forcément cela n’augure rien de bon." Lors de cette acquisition, dont John Flannery a piloté les négociations, GE s’était engagé à créer 1000 emplois nets en France d’ici fin 2018. Une promesse qui pourrait se heurter à la restructuration annoncée.

Sur le site GE de Grenoble (branche hydro-électrique), où un projet de plan social prévoyant 345 licenciements sur 800 salariés a déjà été annoncé, les salariés ont repris la grève hier d’après France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. "Nous partageons les inquiétudes de nos collègues de Grenoble et nous avons toujours considéré que la fermeture de ces activités hydrauliques est un non-sens industriel, souligne Henri-Louis Humbrecht. Reste à savoir ce que cela présage pour le reste de la filiale française. Le gouvernement va-t-il négocier une contrepartie à la fermeture de Grenoble ou cette fermeture est-elle le début d’un démantèlement de GE en France ? Nous sommes complètement dans l’incertitude."

Le PDG John Flannery devant les salariés jeudi

Pour l’instant les seules certitudes données par John Flannery sont que la branche Energie de GE sera touchée, avec un plan d’économies de 1 milliard de dollars d’ici à 2018 pour faire face à la baisse de commandes de turbines et d’alternateurs. "A Belfort, où nous sommes dimensionnés pour fabriquer des turbines vapeur de grande taille et des alternateurs notamment nucléaires, nous voyons un marché important dans le nucléaire se profiler à l’horizon et qui devrait nous alimenter en activités", rétorque Henri-Louis Humbrecht. John Flannery doit s’exprimer devant les salariés jeudi après-midi.

3 Commentaires

La restructuration annoncée de GE plonge les sites français dans l’incertitude

pierre
14/11/2017 14h:51

Dans le vocabulaire de General Electric, l'expression "centre d'excellence" ne désigne pas un site, mais une organisation, qui peut être dispatchée sur plusieurs sites dans le monde entier. Ainsi le site de Belfort n'est pas "centre d'excellence mondial", mais une petite part du "centre d'excellence", et ca, ca change malheureusement beaucoup de choses !

Réagir à ce commentaire
verdarié
14/11/2017 20h:38

La technique des groupes internationaux consiste à acheter des entreprises dans tous les secteurs clés, pour ensuite sous prétexte de restructuration virer une grande partie des ouvriers. Puis d'ouvrir des filiales dans des pays à faible coût de main d'oeuvre et ainsi augmenter considérablement leurs bénéfices .En nous laissant bien sûr les chômeurs que sont devenus ces emplois spécialisés. Mais ceci n'est devenu possible que depuis que nous sommes Européen ? Il faudrait quand même ouvrir un peu les yeux !

Réagir à ce commentaire
Gazon
15/11/2017 19h:18

Ne soyons pas naïfs, je ne crois pas que GE ai acheté une coquille vide. Avant la prise de décision, il y a des mois d échanges entre les deux sociétés: actifs, business plan, plan stratégique de développent, etc...l état français se désengage et laisse une multinationale faire le sale boulot sur le territoire français. honteux. Mais peut être que Macron fera du public relation sur le site de Grenoble..

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS