La restauration à emporter peine à appliquer la loi Agec

L’association No Plastic In My Sea a publié un rapport d’enquête qui constate une mise en œuvre partielle des mesures destinées à réduire les déchets, voire un refus des contenants des particuliers. -

Partager
La restauration à emporter peine à appliquer la loi Agec

L’épidémie de Covid a entraîné un développement de la vente à emporter, avec une augmentation de 11% du nombre de points de vente selon le cabinet CHD Expert. Ce développement implique inévitablement une croissance des déchets d’emballage du secteur, qui étaient déjà estimés à près de 222 000 tonnes pour l’année 2018, avant la crise, par l’Ademe et Citeo. En outre, selon une étude d’impact de la Commission européenne de 2018, ce mode de consommation est surreprésenté dans le top 10 des plastiques à usage unique retrouvés ; d’après une méta-analyse internationale de juin 2021 publiée dans Nature Sustainability, il pourrait peser entre 50 et 88% de la pollution plastique des milieux aquatiques dans le monde.

Peu de réponses

Promulguée peu avant le début de la crise sanitaire, la loi Antigaspillage pour une économie circulaire (Agec) vise justement à réduire les déchets de ce secteur et à développer le réemploi. Mais son application resterait très limitée, selon un rapport d’enquête que l’association environnementale No Plastic In My Sea a publié à l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets. En premier lieu, seulement six enseignes – Exki, McDonald’s, Paul, Pomme de pain, Starbucks et Steak’n Shake – sur les 42 interrogées ont répondu au questionnaire qui leur a été adressé. Celles-ci ont « soit engagé pour partie les mesures prévues par la loi, soit évoqué des arguments d’hygiène les amenant à repousser l’accueil des contenants des particuliers », observe l’association.

Faible utilisation du réemploi

L’association a également mené une analyse complémentaire dans 102 établissements. Il en ressort une difficulté à se faire servir une boisson à emporter dans son contenant. Par ailleurs, la réduction financière prévue n’est pas appliquée, en dehors de cinq chaînes (Starbucks, Prêt à manger, Pomme de pain, Exki et Le Pain quotidien), avec des montants entre 5 et 50 centimes. Se faire servir de la nourriture dans un contenant réemployable « est rarement possible » : « La possibilité est limitée à 30% des restaurants visités et souvent pour une partie limitée des plats », indique No Plastic In My Sea. En ce qui concerne l’eau du robinet, si toutes les enseignes acceptent d’en servir gratuitement, elles passent ce droit sous silence.

Liste des entreprises

Au vu de ces résultats, l’association recommande aux pouvoirs publics, aux filières professionnelles et aux associations de consommateurs de mieux informer tous les acteurs sur les dispositions de la loi. Elle propose aussi d’assouplir les process reposant sur l’usage unique et de collaborer avec les fabricants de contenants nomades pour définir une offre adaptée à la vente à emporter. De son côté, elle a lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour développer l’information des consommateurs et annonce la publication sur son site Internet de la liste des entreprises – régulièrement mise à jour – acceptant les contenants et accordant une réduction.

Sujets associés

NEWSLETTER Emballage

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS