Quotidien des Usines

La reprise de la Compagnie vosgienne de la chaussure préserve 30 emplois

, ,

Publié le

Le tribunal de commerce de Nancy a validé le 11 décembre le plan de reprise des actifs de la Compagnie vosgienne de la chaussure à Champigneulles (Meurthe-et-Moselle). L’ancienne directrice des ressources humaines Ingride Muller associée au suisse Petrus Finance, propriétaire de la marque Le Coq Sportif, conservent 30 salariés sur les 126 de la manufacture ex Vivarte.

La reprise de la Compagnie vosgienne de la chaussure préserve 30 emplois
La Compagnie vosgienne de la chaussure devient la Compagnie française de la chaussure.
© CVC

Sortie du chapeau il y a un mois, l’offre de reprise des actifs de la Compagnie vosgienne de la chaussure (CVC) à Champigneulles (Meurthe-et-Moselle) va préserver une part d’un savoir-faire local. Les 126 salariés s’attendaient à la liquidation pure et simple de leur entreprise placée en redressement judiciaire le 31 juillet 2018. Mais le tribunal de commerce de Nancy avait annoncé le dépôt d’un dossier de reprise en dernière minute. Après examen de l’offre, la juridiction commerciale a approuvé le 11 décembre, le plan de reprise monté par Ingride Muller (actionnaire majoritaire), ancienne directrice des ressources-humaines de la CVC associée au suisse Petrus Finance, propriétaire de la marque Le Coq sportif. Les deux partenaires conservent 30 emplois soit environ un quart des effectifs de la manufacture rebaptisée "Compagnie française de la chaussure".

Petrus Finance avait déjà déposé une offre similaire début octobre en son nom propre, avant de finalement la retirer. "Il n’était pas envisageable pour moi de laisser disparaitre une société labellisée Entreprise du patrimoine vivant dotée d’un très bel outil de production. C’est pourquoi, je me suis rapprochée de Petrus Finance en vue d’établir un projet industriel commun", livre Ingride Muller, présidente de la Compagnie française de la chaussure.

Dix-huit mois sous pavillon allemand

L’ancien propriétaire de la CVC, le groupe allemand Hanse Industriekapital (HIK), a jeté l’éponge après avoir tenté pendant dix-huit mois de relancer la production de l’usine dans le haut-de-gamme et le luxe. Le holding spécialisé dans la reprise d’actifs industriels avait acquis l’entreprise auprès du distributeur français Vivarte, dont elle était la dernière usine dans l’hexagone. Les difficultés s’étaient accumulées ces dernières années pour l’entreprise (11,6 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2017) qui enregistrait d’importantes pertes depuis 2014. Héritière du savoir-faire des usines André implantées en 1896 à Nancy, la CVC ne parvenait plus à rentabiliser la fabrication dans l’hexagone de produits d’entrée et moyen de gamme pour les marques du groupe Vivarte, La Halle aux chaussures, André, Besson, etc.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte