Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La reprise de NFM Technologies reportée d’une semaine

, , ,

Publié le

Une garantie bancaire a été demandée à l’allemand Mühlhauser pour son projet de reprise du constructeur de tunneliers NFM technologies. 80 salariés conserveraient leur emploi au Creusot (Saône-et-Loire) et à Villeurbanne (Rhône).

La reprise de NFM Technologies reportée d’une semaine
Le tribunal de commerce de Lyon demande au seul repreneur de NFM Technologies, l’allemand Mühlhauser, d’apporter une garantie bancaire à son projet.
© NFM Technologies

Le tribunal de commerce de Lyon (Rhône) a mis en délibéré au 28 novembre sa décision relative au constructeur de tunneliers NFM Technologies, en redressement judiciaire depuis le 2 août. Les juges ont notamment demandé au seul repreneur, l’allemand Mühlhauser d’apporter une garantie bancaire à son projet après avoir réévalué le montant de la reprise à 1 million d’euros, au lieu des 500 000 euros initialement avancés. La séance du 20 novembre n’a pas fait évoluer le plan social. Sur les 131 salariés actuels, 80 seraient repris par Mühlhauser : 40 à l’usine du Creusot (Saône-et-Loire), 39 au siège à Villeurbanne (Rhône) et 1 à Singapour. La mise en délibéré doit permettre à l’entreprise allemande "d’aller dans le sens des améliorations demandées et discutées" lors de l’audience, selon un proche du dossier.

Pour le directeur général actuel de NFM Technologies, Luc Devaux, il ne fait aucun doute que Mühlhauser se retrouvera aux commandes du fabricant français le 29 novembre. Mais toutes les incertitudes ne sont pas levées pour autant. Par rapport au carnet de commandes notamment. Vide jusqu’en 2019 pour l’instant. Contrairement à son concurrent allemand, Herrenknecht, le constructeur français n’a pas encore décroché le moindre marché pour les travaux de réalisation du Grand Paris Express. La jauge retenue dans le cadre de cette reprise, le nombre limité de salariés conservé, pose aussi la question de la fiabilité à terme de l’entreprise.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle