Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La rémunération du patron de JPMorgan approuvée avec réticence

Publié le

par Elizabeth Dilts

La rémunération du patron de JPMorgan approuvée avec réticence
Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase. Les actionnaires de JPMorgan Chase n'ont approuvé mardi qu'à 72% mardi la rémunération des dirigeants de la banque américaine, leur adressant ainsi un rare message de mécontentement. /Photo prise le 10 avril 2019/REUTERS/Aaron P. Bernstein
© Aaron Bernstein

Les entreprises citées

CHICAGO (Reuters) - Les actionnaires de JPMorgan Chase n'ont approuvé mardi qu'à 72% mardi la rémunération des dirigeants de la banque américaine, leur adressant ainsi un rare message de mécontentement.

Le plan de rémunération des dirigeants de la banque avait été approuvé à environ 93% l'an dernier.

Le cabinet de conseil aux investisseurs ISS avait exhorté, dans un rapport publié ce mois-ci, les actionnaires à voter contre le plan de rémunération des dirigeants de JPMorgan en dénonçant des critères trop vagues et subjectifs concernant sa part variable.

Jamie Dimon, le PDG de la banque, a reçu une rémunération totale de 31 millions de dollars (27,8 millions d'euros) au titre de 2018, en hausse de 5%.

Le conseil d'administration de JPMorgan avait pour sa part défendu ces rémunérations, fondées selon lui sur les bons résultats de l'établissement, sur la fiabilité de son contrôle du risque et de son comportement général et sur l'attention portée aux clients et aux actionnaires.

Une motion d'un actionnaire réclamant à la banque la publication tous les ans des écarts de salaires entre hommes et femmes au niveau mondial a été rejetée.

Lors de cette assemblée générale à Chicago, Jamie Dimon a été bombardé de questions par des défenseurs de l'environnement critiquant les financements accordés par la banque à des projets d'oléoducs.

L'AG a même été brièvement perturbée par des manifestants scandant "Ne financez plus le changement climatique, arrêtez de financer les énergies fossiles".

Un analyste de Wells Fargo a pour sa part interrogé les administrateurs et Jamie Dimon lui-même sur les plans de succession à la tête de l'établissement. "JPMorgan est confronté à un risque humain principal, c'est vous", a dit cet analyste en s'adressant au PDG, à la tête de JPMorgan depuis 2005.

"Si j'étais renversé par un camion (...) nous avons dans nos rangs des personnes plutôt capables de diriger cette entreprise. Il n'y en a pas qu'une seule. Il y en a plusieurs qui en sont capables", a répondu Jamie Dimon. "Notre crainte principale, c'est qu'elles soient recrutées par quelqu'un d'autre car elles ont beaucoup de talent."

A Wall Street, l'action JPMorgan gagnait 0,33% à 111,72 dollars vers 17h30 GMT. Le titre a gagné près de 15% depuis le début de l'année.

(Avec Matt Scuffham; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle