La "remise à plat" de l’écotaxe alarme Metz Métropole

En annonçant une "remise à plat" de l’Ecotaxe, Ségolène Royal, la nouvelle ministre de l'Ecologie, a suscité du président (UDI) de Metz Métropole (Moselle), où l’implantation d’Ecoumouv’, gestionnaire de cette taxe, devait créer 350 emplois. Les 156 salariés déjà embauchés en CDI sont dans l’expectative.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La

Président de Metz Métropole et maire (UDI) de Montigny-lès-Metz (Moselle), Jean-Luc Bohl ne décolère pas depuis l’annonce par Ségolène Royale d’une "remise à plat" de l’Ecotaxe. "La ministre de l’Ecologie a voulu faire une entrée en fanfare, mais son annonce ne fait que prolonger les atermoiements du gouvernement Ayrault. Pour l’agglomération messine, où l’écotaxe devait créer 350 emplois, il s’agit d’un drame humain, social et économique. Les 156 salariés recrutés par Ecomouv’ pour gérer l’écotaxe ne peuvent plus attendre, et nous trouvons déplorable qu’une quinzaine de ministres se soient déplacés récemment en Lorraine sans jamais se préoccuper de leur sort", regrette l’élu, qui a adressé un courrier de protestation au nouveau Premier ministre, Manuel Valls.

Implantée depuis février 2012 dans l’enceinte de l’ancienne base militaire 128 de Metz, Ecomouv’ tourne au ralenti depuis la décision de Jean-Marc Ayrault, en décembre, de geler le dispositif suite aux manifestations des Bonnets rouges bretons. L’entreprise a déjà dû résilier 40 CDD et renoncer à 120 embauches programmées à court terme. Les 150 agents du Service des Douanes arrivés à Metz pour recouvrir l’Ecotaxe restent quant à eux suspendus aux décisions gouvernementales.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les élus messins sont d’autant plus furieux que l’implantation d’Ecoumouv’ constituait l’une des rares compensations concrétisées dans le cadre du contrat de redynamisation du site de défense de Metz, qui promettait la création de 1 500 emplois publics. Loin d’être atteint, cet objectif semble plus compromis que jamais. La reconversion de l’ancienne base 128 qui couvre 400 hectares entre Augny, Marly et Moulins-Lès-Metz, reste en souffrance.

Pascale Braun

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS