La régulation du stockage d’électricité : fausse bonne idée ?

Le modèle classique de développement du stockage d’électricité fondé sur le marché est aujourd’hui remis en cause. Certains régulateurs proposent désormais à l’extrême de réguler cette activité et de l'intégrer aux activités de réseau (transport ou distribution d'électricité). Vincent Rious et Sébastien Douguet, économistes chez de Microeconomix, se demandent si "le modèle concurrentiel a fait son temps ?"

Partager
La régulation du stockage d’électricité : fausse bonne idée ?

Au sein de la chaîne de valeur électrique, le stockage d’électricité est traditionnellement assimilé à une activité concurrentielle, au même titre que la production d’électricité. L'exploitation du stockage se fonde ainsi sur des arbitrages entre les différents marchés électriques. Alors, comme la production, le stockage doit être complètement séparé des gestionnaires de réseau. Les conflits d’intérêt entre les natures concurrentielle et monopolistique de ces activités sont ainsi éliminés, ce qui permet d’assurer un meilleur fonctionnement du marché.

Le consensus remis en cause : régulation et intégration du stockage dans les activités de réseau

Ce consensus est aujourd’hui remis en cause par de nouveaux modèles de développement du stockage. En Italie, le gestionnaire de réseau de transport d’électricité Terna est autorisé depuis 2013 à exploiter certains systèmes de stockage, rémunérés par un tarif fixé par le régulateur, de façon similaire à des actifs de réseaux (lignes, câbles ou transformateurs électriques). En Allemagne et aux Etats-Unis, différentes réglementations sont actuellement mises en œuvre pour stimuler le développement du stockage (par exemple : tarif incitant à coupler des batteries avec de la production locale notamment photovoltaïque en Allemagne, objectifs de capacité de stockage installée à l'horizon 2020 imposés aux fournisseurs d'électricité en Californie).


Cette évolution s’explique par l’idée que les règles de marchés actuelles ne permettent pas au stockage d’être développé et opéré de manière efficace dans toutes les situations, i.e. au moindre coût et en apportant une valeur maximale pour la collectivité. D’une part, il se peut que les règles de marchés ne permettent pas de rémunérer suffisamment les différents services du stockage par rapport à leur valeur pour le système électrique (par exemple : flexibilité temporelle, participation à la sécurité d’approvisionnement du système électrique).

D’autre part, certaines parties prenantes attendent une meilleure coordination entre le stockage et les activités de réseau.
Ainsi, le développement régulé d’actifs de stockage en Italie cherche à optimiser leur valeur dans les zones contraintes du système électrique italien, par exemple les systèmes insulaires ou le sud du pays congestionné par la production éolienne et photovoltaïque.

Le modèle concurrentiel demeure pertinent

Pour autant, la mise en œuvre d’alternatives ne sonne pas le glas du modèle concurrentiel. Au contraire, le développement par le marché reste pertinent dès que les règles de marchés permettent une rémunération des services de stockage en adéquation avec leur valeur pour le système électrique dans son ensemble.

Dans de bonnes conditions de marché, les acteurs devraient développer et exploiter le stockage d’électricité efficacement, i.e. au moindre coût et avec le maximum de valeur pour la collectivité.
Les modèles alternatifs sont alors justifiés par le fait que les marchés ne sont pas (encore ?) adaptés pour valoriser convenablement les services offerts par le stockage. Face aux défaillances de marché observées, la régulation du stockage ou son intégration dans les activités de réseau seraient des outils complémentaires au développement par le marché.

Elle ne serait mise en œuvre que lorsque les contraintes systémiques (congestions sur le réseau, systèmes isolés, pouvoir de marché) sont les plus fortes. Elle serait nécessairement dynamique et transitoire, et son évolution devrait suivre la correction des défaillances de marché et la résolution des contraintes du système.


Vincent Rious et Sébastien Douguet sont économistes chez Microeconomix

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS