Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La région Paca supplée aux difficultés des Pôles privés de Feder

, ,

Publié le

Le versement de crédits par le Conseil regional de Provence Alpes Côte-d'Azur, pour compenser le blocage des fonds européens Feder, a atténué les inquiétudes des pôles de compétitivité locaux. Mais pas leur obligation d'adapter leurs budgets 2012.

La région Paca supplée aux difficultés des Pôles privés de Feder © D.R. - Paca

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, les "pôles" se présentent sous une double forme : dix pôles de compétitivité nationaux et 29 pôles régionaux de développement économique et solidaire (PRIDES), comprenant les dix premiers et 19 autres filières d'activités industrielles, artisanales ou de services, labellisées elles par le conseil régional. Le blocage des fonds européens Feder, par Bruxelles ces derniers mois, a donc provoqué une double onde de choc qui touche également d'autres structures d'aide à l'innovation comme Méditerranée Technologies et Toulon Var Technologies.

A l'automne 2011, tous ont tremblé : pour conduire leurs actions collectives, ils avancent les fonds nécessaires et perçoivent leurs subventions après coup. Afin d'apaiser leur inquiétude et assurer le financement des plans engagés, le conseil régional a voté le 16 décembre 2011 trois délibérations visant à compenser le non-versement des fonds Feder normalement promis, évalué à 3,7 millions d'euros.

"Nous avons pris le taureau par les cornes dès connaissance des difficultés en Champagne-Ardenne, explique le directeur général des services de la région, Didier Lauga. Le versement de crédits régionaux fait face à l'urgence à titre exceptionnel. Il ne sera pas renouvelé en 2012 car l'institution ne peut se substituer aux crédits européens. Nous avons donc incité les pôles et associations concernés à respecter la règle des 50% et à adapter leurs ambitions à ces contraintes."

Aucun responsable de pôle n'accepte de témoigner officiellement sur les soucis affrontés depuis quelques mois et les réorientations mises en œuvre. A la tête d'un des plus importants, l'un d'entre eux affirme que l'impact s'est finalement avéré moindre que prévu. D'une part, grâce à la compensation de la région. D'autre part, en raison de la parité public-privé qu'il s'attachait déjà à appliquer dans le financement de ses actions.

"Nous aurons résolu d'ici septembre les deux dossiers encore litigieux de 2009 et 2010. Pour 2012, nous sommes dans les clous des régimes européens", assure-t-il. Un autre assure avoir annulé, faute de certitudes sur ses moyens, une mission confiée à un prestataire. Il se félicite aussi que la région ait pris à sa charge le financement d'une opération sur un grand salon international. "Sinon, nous aurions subi une perte."

Enfin, un PRIDES toujours dans l'attente d'une partie des subventions 2009 et 2010 du Feder a décidé d'établir son programme 2012 sans solliciter de financement européen "pour épurer les problèmes de trésorerie le plus rapidement possible", les actions 2011 potentiellement financées par l'Europe ayant dû l'être en puisant dans les crédits initialement affectés au fonctionnement de la structure.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/06/2012 - 09h28 -

Kro As-tu suivi cette affaire ? cela m'intéresserait d'avoir quelques lignes sur le sujet pour la news ? comme je sais que tu maitrises ces problématiques.... dis moi Biz
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle