La recherche et l’industrie européenne s’allient autour du cloud computing

Un consortium d’entreprises  a répondu à l’appel des grands centres de recherches européens pour déployer une plateforme commune de cloud computing. Elle doit permettre d’augmenter leurs ressources informatiques à moindre coût et de mieux répondre à leurs hauts niveaux de besoins.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La recherche et l’industrie européenne s’allient autour du cloud computing

Trois grands centres de recherches scientifiques européens (CERN, EMBL et ESA*) s’allient à un consortium d’industriels pour lancer le projet "Helix Nebula – the Science Cloud". Son objectif : développer une plateforme européenne de cloud computing, permettant aux centres de recherches de disposer de toutes les ressources nécessaires à leurs travaux, et dans les meilleures conditions.

"Avec le projet Helix Nebula, nous allons étudier s’il est faisable techniquement, et s’il est financièrement avantageux, d’exploiter des ressources informatiques additionnelles afin d’épauler nos programmes de recherches", explique à L’Usine Nouvelle, Bob Jones, un des responsables du département IT du CERN.

"La nouvelle infrastructure sera mise à disposition selon un modèle tarifaire dit de paiement à la consommation (pay-per-use). Explorer les formules tarifaires et développer de nouveaux business models est l'un des objectifs de cette initiative", poursuit le responsable de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire.

Aujourd’hui, les centres de recherche européens ont déjà recours au cloud. Le CERN utilise par exemple les services de cloud d’Amazone. Mais l’ambition d’Helix Nebula est de mutualiser les ressources entre les centres de recherche, via une plateforme commune, et de privilégier des acteurs européens.

Un dimensionnement à la demande

"Le CERN va évaluer notre offre VDC (Virtual Data Center), en alternative aux services de cloud actuellement utilisés", indique Philippe Moity, directeur France et Suisse d’Interoute. Cet opérateur britannique possède son propre réseau et une dizaine de data centers en Europe. Il compte déjà le CERN et l’ESA comme clients. "Le cloud est une technologie particulièrement bien adaptée aux besoins des centres de recherches, car elle permet de redimensionner les ressources à la demande", poursuit-il.

Ainsi la future plateforme permettra de dédier prioritairement des ressources à un centre de recherches durant les heures où les jours où il mène ses travaux. Ensuite, un autre centre pourra les utiliser en fonction de ses besoins. "Il est très rare que les besoins des centres soient équivalents et au même moment", conclut-on chez Interoute.

Le projet Helix Nebula doit durer deux ans. Il va notamment servir à la recherche sur les particules élémentaires (boson de Higgs), l’analyse génomique en recherche biomédicale ou encore l’étude des catastrophes naturelles.

Le consortium d’industriels impliqué dans le projet est composé d’Atos, Capgemini CloudSigma, Interoute, Logica, SAP, SixSq, Telefonica , Terradue, Thales, Orange Business Services , The Server Labs et T-Systems.

* CERN : Organisation européenne pour la recherche nucléaire - EMBL : Laboratoire européen de biologie moléculaire – ESA – Agence spatiale européenne

1 Commentaire

La recherche et l’industrie européenne s’allient autour du cloud computing

Matteo Foresto
05/03/2012 21h:14

Bonjour,
Ces data centers serviraient uniquement comme ressource de puissance de calcul à la demande ou serviraient également au stockage de l'information, comme une gigantesque bibliothèque scientifique commune ?

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS