Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La realpolitik de l'industrie française de l'armement avec l’Arabie saoudite

Pascal Gateaud , , , ,

Publié le

Analyse L'analyse de Pascal Gateaud, rédacteur en chef de L'Usine Nouvelle

La realpolitik de l'industrie française de l'armement avec l’Arabie saoudite © Ammar shaker / Public Domain

Des images d’enfants mourant de faim ne peuvent laisser personne indifférent. Elles symbolisent l’horreur de la guerre au Yémen. Sur les 14 millions de Yéménites menacés par la famine, plus de la moitié seraient des enfants. Les États-Unis et la France demandent désormais à l’Arabie saoudite de mettre fin à son soutien à la coalition arabe qui lutte, depuis 2014, contre la rébellion houthi, soutenue par l’Iran. En cause, notamment, les bombardements délibérés de populations civiles par l’aviation saoudienne.

Cet appel à la paix doit beaucoup aux révélations sur l’assassinat barbare du journaliste saoudien Jamal Khashoggi par les sbires de Mohammed ben Salman dans le consulat du royaume à Istanbul. Avant même que Washington et Paris ne se concertent pour tenter de sortir de l’impasse d’un conflit qui a fait des dizaines de milliers de victimes, les deux pays faisaient figure d’accusés.

Pourquoi la France ? Parce que l’Arabie saoudite est le deuxième client à l’exportation de son industrie de défense, l’Hexagone se situant toutefois seulement à la huitième place dans la liste des fournisseurs militaires du royaume wahhabite, loin, très loin derrière les États-Unis et le Royaume-Uni. François Hollande s’est beaucoup dépensé pour que le partenariat stratégique avec l’Arabie saoudite se traduise en commandes sonnantes et trébuchantes.

Son successeur, Emmanuel Macron, défend la " politique extrêmement rigoureuse " de la France en matière de contrôle des exportations de matériel de guerre. " Nous ne faisons pas partie des fournisseurs sur ces matières-là de l’Arabie saoudite ", a-t-il justifié à propos des armes incriminées au Yémen. Ce que vient de réaffirmer sa ministre des Armées, Florence Parly. Sera-ce suffisant pour faire taire les critiques ? " Maintenant, il faut être clair, nous avons avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes un partenariat de confiance dans la région qui n’est pas commercial, mais stratégique ", a précisé le chef de l’État. La realpolitik ne fait pas toujours bon ménage avec la morale.

 

<< Pour en savoir plus:

La France, tributaire de ses exportations d’armes

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle