La RD Congo veut doubler les royalties sur l’extraction de cobalt

La République démocratique du Congo, qui produit environ 60% du cobalt mondial, envisage de doubler sa taxe sur l’extraction de ce métal dont le cours a triplé en deux ans.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La RD Congo veut doubler les royalties sur l’extraction de cobalt

De 41 360 dollars la tonne début 2017 à 96 000 en janvier 2018, le cours du cobalt a fait un bond de 130% en 2017, porté par les batteries de smartphones et par la course aux véhicules électriques. Cet oxyde métallique bleu entre dans la composition de leurs batteries lithium-ion. Son principal pays producteur, la République démocratique du Congo (60% de la production mondiale), est bien décidé à profiter de ce boom. Après des décennies de production minière qui n’ont pas réussi à sortir sa population de la pauvreté, ce pays d’Afrique centrale – dont le sous-sol est régulièrement qualifié de scandale géologique en raison de sa richesse – envisage de rehausser le taux de royalties qu’il touche sur l’exploitation du cobalt par les géants miniers mondiaux. "Nos partenaires depuis 15 ans nous ont trompés et volés. Cela doit s’arrêter", déclarait en novembre le président du Conseil d’administration de la Gécamines, Albert Yuma Mulimbi.

Un métal stratégique aussi pour ses producteurs

Si le métal (actuellement considéré comme "de base") est reclassé parmi les métaux stratégiques dans la nouvelle mouture du code minier congolais, Glencore (mines de Mutanda et Katanga) et China Molybdenum (mine de Tenke), notamment, devront acquitter une taxe de 5% sur leur production, au lieu de 1% à 2,5% actuellement. Une mesure qui pénaliserait fortement Glencore, dont la production doit passer de 24 500 tonnes en 2017 à 65 000 tonnes en 2019 avec le retour de sa mine de Katanga à sa pleine production. Parmi les autres métaux concernés par cette éventuelle requalification figure le tantale, un métal rare tiré du coltan.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La taxe sur les métaux de base (dont le cuivre) serait relevée à 3,5%. La participation de l’Etat congolais au capital des filiales minières pourrait également être doublée, et la sous-traitance réservée exclusivement aux sociétés à capitaux majoritairement congolais. Le code minier congolais, révisé en 2002, a permis d’attirer des milliards de dollars d’investissements, avec un impact sur l’économie du pays que le gouvernement considère comme insuffisant.

Avec 66 000 tonnes de cobalt produites en 2016, la RD Congo dépasse très largement l’ensemble des pays producteurs. Elle devance la Chine (7700 tonnes), le Canada (7300 tonnes) et la Russie (6200 tonnes). La France est présente dans le top 10, grâce à la Nouvelle-Calédonie, 9e producteur mondial avec 3300 tonnes en 2016.

0 Commentaire

La RD Congo veut doubler les royalties sur l’extraction de cobalt

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS