Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

La RD Congo veut doubler les royalties sur l’extraction de cobalt

Myrtille Delamarche , ,

Publié le

La République démocratique du Congo, qui produit environ 60% du cobalt mondial, envisage de doubler sa taxe sur l’extraction de ce métal dont le cours a triplé en deux ans.

La RD Congo veut doubler les royalties sur l’extraction de cobalt © Par Alchemist-hp (www.pse-mendelejew.de) - Heinrich Pniok

De 41 360 dollars la tonne début 2017 à 96 000 en janvier 2018, le cours du cobalt a fait un bond de 130% en 2017, porté par les batteries de smartphones et par la course aux véhicules électriques. Cet oxyde métallique bleu entre dans la composition de leurs batteries lithium-ion. Son principal pays producteur, la République démocratique du Congo (60% de la production mondiale), est bien décidé à profiter de ce boom. Après des décennies de production minière qui n’ont pas réussi à sortir sa population de la pauvreté, ce pays d’Afrique centrale – dont le sous-sol est régulièrement qualifié de scandale géologique en raison de sa richesse – envisage de rehausser le taux de royalties qu’il touche sur l’exploitation du cobalt par les géants miniers mondiaux. "Nos partenaires depuis 15 ans nous ont trompés et volés. Cela doit s’arrêter", déclarait en novembre le président du Conseil d’administration de la Gécamines, Albert Yuma Mulimbi.

Un métal stratégique aussi pour ses producteurs

Si le métal (actuellement considéré comme "de base") est reclassé parmi les métaux stratégiques dans la nouvelle mouture du code minier congolais, Glencore (mines de Mutanda et Katanga) et China Molybdenum (mine de Tenke), notamment, devront acquitter une taxe de 5% sur leur production, au lieu de 1% à 2,5% actuellement. Une mesure qui pénaliserait fortement Glencore, dont la production doit passer de 24 500 tonnes en 2017 à 65 000 tonnes en 2019 avec le retour de sa mine de Katanga à sa pleine production. Parmi les autres métaux concernés par cette éventuelle requalification figure le tantale, un métal rare tiré du coltan.

La taxe sur les métaux de base (dont le cuivre) serait relevée à 3,5%. La participation de l’Etat congolais au capital des filiales minières pourrait également être doublée, et la sous-traitance réservée exclusivement aux sociétés à capitaux majoritairement congolais. Le code minier congolais, révisé en 2002, a permis d’attirer des milliards de dollars d’investissements, avec un impact sur l’économie du pays que le gouvernement considère comme insuffisant.

Avec 66 000 tonnes de cobalt produites en 2016, la RD Congo dépasse très largement l’ensemble des pays producteurs. Elle devance la Chine (7700 tonnes), le Canada (7300 tonnes) et la Russie (6200 tonnes). La France est présente dans le top 10, grâce à la Nouvelle-Calédonie, 9e producteur mondial avec 3300 tonnes en 2016.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle