La RATP lance sa première ligne de bus 100% électriques

Une étape symbolique vient d’être franchie, lundi 30 mai, avec l’inauguration de la première ligne de bus standard 100% électrique à Paris. Le Bluebus de Bolloré entre en scène, préfigurant l’objectif d’un parc à 80% électrique à l’horizon 2025.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La RATP lance sa première ligne de bus 100% électriques

C’est sous une pluie battante, à l’angle des avenues Hoche et Wagram, tout près de l’Arc de triomphe, qu’Elisabeth Borne, PDG de la RATP, Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’ Ile-de-France et Vincent Bolloré, président du groupe Bolloré, se sont exprimés.

Ils étaient réunis pour l’inauguration de la première ligne de bus de taille standard 100% électrique : la ligne 341 qui relie la place Charles de Gaulle – Etoile à la Porte de Clignancourt à Paris en passant par Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), Clichy et Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). En réalité, cette ligne ne sera 100% électrique qu’en fin d’année, quand les 23 bus auront été livrés. Actuellement, un seul circule.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le Bluebus est sorti de l’usine d’Ergué-Gabéric (Finistère) mi-février. Cette usine produit depuis le 21 décembre dernier des bus électriques de 12 mètres de long et d’une capacité de 91 à 100 places - comme pour les modèles thermiques classiques - avec une autonomie d’au moins 180 kilomètres. Le groupe Bolloré a investi 40 millions d’euros dans cette usine de 5 000 mètres carrés, concomitante de l’unité de production destinée au minibus de 6 mètres de long et au Bluetram, un bus alimenté à chaque arrêt.

Charge lente de nuit au centre de Belliard

"C’est une joie de porter les couleurs françaises et je suis fier car c’était un pari audacieux", se félicite Vincent Bolloré, qui en profite pour rappeler le succès de l’Autolib "avec ses 500 000 utilisations par mois et le gain d’un nouvel appel d'offres à Singapour".

Elisabeth Borne a rappelé le rôle "des grands industriels français capables de relever le pari" d’un parc d’au moins 3 600 bus électriques dans une dizaine d’années. "La ligne 341 va permettre de faire l’ensemble des tests grandeur nature, d’adapter le dépôt pour faire de la charge lente", a-t-elle ajouté.

La recharge des bus se fera la nuit, au centre bus de Belliard (Paris 18ème), - il alimente déjà des minibus électriques - pour ne pas "tirer" sur le réseau électrique aux heures de pointe. Cette première ligne s’intègre dans le Plan Bus 2025 lancé par le Stif, l’autorité organisatrice des transports de la région, du temps de l’ancienne majorité, et mis en place par la RATP. "C’est une première en Europe avec une flotte de cette taille", s’est réjouie Valérie Pécresse.

D'autres constructeurs en vue de l'appel d'offres

Les 4 500 bus du parc RATP doivent être convertis en bus verts en 2025, avec au moins 80 % de bus électriques. Si Bolloré semble avoir un bus d’avance, la RATP compte bien tester d’autres modèles. "Des tests seront menés sur d’autres modèles sur les lignes 21 et 147, notamment ceux du polonais Solaris, de l’espagnol Irisar, du chinois Yutong associé au français Dietrich Carebus et du français Heuliez Bus", indique Elisabeth Borne.

Un appel d’offres sera lancé en 2017 pour renouveler la flotte francilienne. Dès 2020, la moitié du parc de la RATP sera constitué en Ile-de-France de bus propres. Valérie Pécresse voit déjà au-delà : "J’ai lancé un défi à Vincent Bolloré : travailler sur une plus grande autonomie afin de développer un RER autoroutier électrique en banlieue." Un bus rapide en site propre et roulant propre en quelque sorte.
Olivier Cognasse

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS