La radioactivité effraie les ports d’Europe

,

Publié le

Après les constructeurs automobiles notamment, c’est au tour des ports de demander des mesures de précaution concernant les bateaux en provenance du Japon.

La radioactivité effraie les ports d’Europe © D.R. - UNIM

Le Financial Times Deutschland qui révèle l’information le 30 mars explique que les autorités portuaires à Hambourg sont en pleine négociation d’un plan d’urgence avec les douanes et les responsables locaux des Affaires intérieures.

A Rotterdam, les autorités portuaires exigent des armateurs que les capitaines de tous les bateaux en provenance d’Asie transmettent la liste des dix derniers ports où ils ont mouillé. "Je m’attends à ce que des ports européens renvoient des bateaux arrivant du Japon", assure Erik van der Noordaa, qui dirige la société d'audit maritime Germanischer Lloyd.

Mais pour l’heure, selon la Fédération des armateurs allemands, il n’y a aucun plan d’action. Certaines entreprises prennent néanmoins déjà des précautions. A l'instar du groupe CMA-CGM. L'entreprise a mis en place une cellule d'urgence et de communication en lien direct avec l'agence de sûreté nucléaire japonaise. Elle informe aussi tous ses commandants et équipages de l'évolution de la situation et les zones interdites à éviter. Le groupe suit enfin toutes les recommandations des autorités concernant les commandes passées et en voie d'acheminement. 

Les réclamations des ports font suite à l’annonce par les autorités chinoises de découverte de quantités anormales de particules radioactives décelées le 21 mars dans le port de Xiamen au Japon sur un navire parti de Tokyo le 17 mars.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

30/03/2011 - 17h00 -

La situation économique réelle est bien pire que ce que l'article donne à penser. Il ne s'agit pas simplement d'un "plan d'action local" mais de toute une économie qui risque d'être mise par terre! Car 1- Qui prendra en charge les conséquences économiques (surestaries, frais de soutes, perte de cargaison...) dès lors que l'ensemble des contrats d'assurance exclut d'office les risques liés à la "désintégration du noyau atomique". 2- Quel sera le sort des marins embarqués sur ces navires interdits d'escale? Pourront-ils débarquer un jour? Etre pris en charge par un service médical quelconque ? Car la quarantaine n'est pas applicable à ces situations, les nucléotides ayant une durée de vie d'au moins 30 ans!!! 3- Qui supportera le coût de la dépolution de ces coques? Lorsqu'on regarde le coût du désamiantage, on peut craindre que toutes les coques qui sont passé par le Japon depuis les fuites radioactives sont condamnées à un abandon de 30 ans au moins. A suivre, donc. Mais en perspective une lourde charge économique qui sera supportée exclusivement par les armateurs. De quoi en mettre un grand nombre en faillite. Et les marins sur la paille. Ce qui est plus grave.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte