La R&D agroalimentaire entre dans l’ère numérique

Pour concurrencer les petites entreprises numériques innovantes qui bouleversent le statu quo, les acteurs traditionnels de l’agroalimentaire doivent recourir à la digitalisation pour innover et commercialiser leurs produits plus rapidement, devancer la concurrence et respecter des délais de lancement serrés tout en réduisant les coûts, en augmentant leur productivité, en assurant la conformité et en limitant les risques.

Partager
La R&D agroalimentaire entre dans l’ère numérique
Il leur faut identifier les évolutions des besoins du marché et des consommateurs, développer des produits nouveaux et innovants puis les déployer dans leur chaîne d’approvisionnement et leur réseau de fabrication mondialisé avec une rapidité et un niveau de qualité inédits, gagner en productivité dans leurs opérations, de l’élaboration des concepts à la mise en rayon, et identifier et enfin exploiter les informations offrant un avantage concurrentiel.
L’avantage de la continuité de l’information
Grâce à la R&D digitalisée, les innovateurs peuvent partager des données en temps réel et exploiter les connaissances acquises par l’entreprise et son réseau de fournisseurs. Elle leur fournit un accès immédiat à des bibliothèques de matières premières, aux informations réglementaires et assure le contrôle de la conformité des produits tout au long de leur développement. Conservées sous forme de jumeaux numériques, les informations des formulateurs aident à simuler et optimiser les produits et leur emballage. Le partage de données en temps réel offre une vue intégrée du produit qui détecte les dernières modifications et permet de les répercuter. Les innovateurs peuvent alors directement faire évoluer le modèle numérique pour créer une vue cohérente du produit. La continuité numérique de l’information est garantie lors de sa transmission aux systèmes situés en aval et aux équipements intelligents de l’usine. La productivité peut ainsi être optimisée alors que le produit est encore susceptible de subir des modifications.
De plus, l’analyse numérique aide à mesurer rapidement l’impact de différentes décisions, comme le choix des ingrédients, à comparer les options, à optimiser des objectifs concurrents (coût, stabilité, certifications, qualités nutritionnelles…) et à détecter à un stade précoce les problèmes réglementaires ou liés aux qualités annoncées. L’ajout des tests et des résultats permet ensuite de prouver les performances du produit, de soumettre et suivre de façon fluide les validations, puis de créer le dossier et la documentation du produit sans collecte ou recréation manuelle de données.
Ce modèle de produit cohérent qui lie les acteurs de la chaîne permet aux entreprises de s’adapter et d’effectuer des modifications qui pourront être validées et communiquées à la chaîne d’approvisionnement et à l’usine.
Des dispositifs de contrôle en temps réel
Enfin, la création de recettes générales fournit les éléments nécessaires à la fabrication et à l’optimisation des processus de production. Les entreprises peuvent ainsi déployer de façon numérique des dispositifs de contrôle et des équipements d’usine dans le monde entier, atteindre rapidement leur volume de production en se basant sur des données à jour et apporter des modifications aux usines selon les besoins. L’étude des données opérationnelles et environnementales aide à déterminer où les usines s’écartent des spécifications, avec quel impact et permet de rechercher les problèmes potentiels et les opportunités d’audit afin de déterminer si les processus de fabrication doivent être ajustés ou mieux respectés, ou d’opter pour la modification de l’étiquette du produit.
La R&D agroalimentaire doit donc entrer dans l’ère numérique, digitaliser la production et s’appuyer sur une analyse alimentée par le numérique pour rendre les entreprises plus agiles et capables de réagir aux changements sans commettre d’erreurs coûteuses. Elles y parviendront grâce à ce modèle de données produit cohésif qui aligne le cahier des charges, les qualités annoncées, les formulations, l’emballage, l’étiquetage, les étapes de la production et les procédures d’assurance qualité.
Découvrez notre infographie sur le sujet : cliquez ICI
Contenu proposé par Siemens

Sujets associés