La question de la vente d'armes à la Russie envenime les relations franco-britanniques

Selon un rapport parlementaire déniché par la BBC, la Grande-Bretagne continuerait de livrer différents types d'armements à la Russie en dépit des récentes déclarations du premier ministre David Cameron. Ce dernier n’a pourtant pas hésité à fustiger la France pour son contrat de navire de guerre avec Moscou.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La question de la vente d'armes à la Russie envenime les relations franco-britanniques

Le 21 juillet, David Cameron, le premier ministre britannique, a reproché à la France de ne pas remettre en question la livraison prévue de deux navires de guerre de type Mistral, à la Russie.

Le soir même, François Hollande s’était résigné à s’exprimer sur ces contrats, rappelant qu’aucune sanction ne l’obligeait à annuler. Ce 23 juillet, retournement de situation : un rapport parlementaire dégoté par la BBC révèle que la Grande-Bretagne possède encore 251 licences valides d'exportation d’armements en Russie, pour un montant total d'environ 132 millions de livres (167 millions d'euros).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Alors même que les autorités britanniques avaient annoncé en mars 2014 qu’elles allaient stopper les exportations d’armements vers la Russie, le rapport précise que seules 31 licences ont été suspendues. Dans le climat actuel de défiance de Londres envers Moscou, cette révélation vient balayer la stratégie déployée par David Cameron depuis le début de la crise ukrainienne.

Le secrétaire d'état à la Défense, Micheal Fallon a, immédiatement, démenti l'information, sans étayer sa réponse.

Fabius répond à Cameron

La passe d'armes entre la France et la Grande-Bretagne, elle, continue. Les critiques émises par David Cameron concernant le contrat des deux Mistral conclu avec la Russie, ne passent pas en France.

"Franchement, il serait impensable dans ce pays de mener à bien une commande comme celle qu'ont les Français, mais nous devons mettre la pression sur tous nos partenaires pour dire que nous ne pouvons pas continuer à faire des affaires comme si de rien n'était avec un pays quand il se comporte comme ça." (David Cameron, le 21 juillet 2014)

 

Au vu des révélations de la BBC, on pourrait penser qu'il s'agit d'une déclaration prémonitoire. En effet, le 22 juillet, sur TF1, c'est sans langue de bois que le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a invité le Premier ministre britannique David Cameron à "balayer devant sa porte".

"Les Anglais ont été extrêmement aimables entre guillemets, en disant : 'Jamais nous n'aurions fait cela.' [...] Je leur ai dit  : 'Chers amis britanniques, parlons aussi de la finance. J'ai cru comprendre qu'il y avait pas mal d'oligarques russes à Londres.'" (Laurent Fabius, le 22 juillet 2014)

 

Le ministre français a, à son tour, répété que la livraison du premier navire serait assurée et que l'avenir du second "dépendra de l'attitude de la Russie".

 "J'ai rappelé qu'il existait une règle qui prévaut en matière internationale comme en matière nationale : les contrats signés, et d'ailleurs payés, doivent être honorés." (Laurent Fabius, le 22 juillet 2014)

 

Pour l'heure, les deux parties semblent donc camper sur leurs positions même si les révélations de la BBC pourraient faire bouger les lignes du côté britannique.

Wassinia Zirar

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS