Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"La puissance des réseaux sociaux est incroyable", selon Gilles Schnepp

, , ,

Publié le

en couverture De l’App Store aux datacenters, le numérique génère un quart du chiffre d’affaires de Legrand. Son PDG Gilles Schnepp explique comment les outils du web 2.0 relient le groupe à ses clients finaux.

La puissance des réseaux sociaux est incroyable, selon Gilles Schnepp

L'Usine Nouvelle - Comment percevez-vous l’impact du numérique ?

Gilles Schnepp - Nous en ressentons l’impact d’abord dans nos ventes ! Nos nouveaux segments d’activités représentent aujourd’hui 25% de notre chiffre d’affaires, contre 10% il y a dix ans. Ces activités regroupent les infrastructures numériques du bâtiment, la domotique, les solutions d’efficacité énergétique, qui passent souvent par des systèmes de supervision, de contrôle, d’affichage… et puis les chemins de câbles en fils, utilisés notamment dans les datacenters. Mais au-delà, tous les secteurs sont transformés à grande vitesse par les outils numériques. C’est une évolution qui va se poursuivre.

En quoi ces nouveaux outils modifient-ils votre façon de travailler ?

Un exemple me paraît significatif. Nos équipes italiennes ont récemment lancé une gamme d’interrupteurs pour la marque Bticino. Ils ont eu l’idée de demander aux internautes avec plusieurs "posts" sur Facebook ce qu’ils en pensaient, quelle couleur ils appréciaient, quelle déclinaison ils préféraient… En très peu de temps, nous avons pu compter des millions de contacts et des milliers de "like", de commentaires et de "share". Et la mise en ligne sur YouTube d’un petit spot de 15 secondes, plutôt viral dans sa conception, a généré plus de 844 000 contacts en quelques semaines. C’est impressionnant de toucher un aussi grand nombre de personnes sur un sujet dont on peut penser qu’il n’intéresse que certains professionnels.

Vous avez été surpris par un tel succès ?

La puissance des réseaux sociaux est incroyable. Alors que notre chaîne économique est B2B, les outils digitaux – sites internet, réseaux sociaux et applications mobiles – nous donnent l’opportunité de contacter des millions de clients finaux. Nous pouvons leur livrer des contenus et des informations qui les intéressent, converser et créer une relation durable avec eux. Nous en retirons aussi des informations précieuses concernant leurs préférences, leurs goûts et leurs réactions au design et à la technologie. Des données qui vont nous aider à concevoir de nouveaux produits quasi "co-créés" avec ceux qui les utiliseront.

Vous avez des filiales sur tous les continents. Quels pays sont les plus en avance ?

C’est très variable suivant les usages. Les pays n’avancent pas tous à la même vitesse et sur les mêmes choses. Dans le domaine de l’utilisation d’internet dans la chaîne économique, c’est l’Europe du Nord qui est en avance. En Allemagne, aux Pays-Bas, en Scandinavie, jusqu’à 30 à 40% du chiffre d’affaires de la profession passe par internet. Pour l’implication du client final dans la chaîne via les réseaux sociaux, c’est l’Italie qui est devant. Le degré de pénétration technologique, avec la diffusion des solutions domotiques et de l’infrastructure numérique, est pour sa part plus élevé aux États-Unis. Il n’y a pas de réponse unique au numérique. Nous essayons de nous adapter à cette diversité. Au sein du groupe Legrand, une très large délégation est donnée aux filiales. Elles fonctionnent alors comme un club où l’échange de bonnes pratiques permet à celles qui sont en avance de montrer la voie aux autres.

Avez-vous une activité importante dans le développement de logiciels ?

Oui, bien sûr. La contribution des logiciels est de plus en plus importante. C’est un enrichissement des offres sur lequel Legrand est actif. Un catalogue Legrand consacre aujourd’hui des pages entières aux logiciels. Cette évolution est très progressive : même si nos ventes sont pour l’essentiel des ventes de produits, ces produits s’organisent de plus en plus sous forme de systèmes qui tendent à apporter des solutions, elles-mêmes souvent connectées entre elles grâce à cette couche logicielle qui innerve nos produits. Certains logiciels sont étroitement liés à nos produits et réalisés en interne, comme XL Pro, un logiciel de conception d’armoires électriques qui est reconnu comme l’un des meilleurs de la profession. D’autres logiciels, moins spécifiques, peuvent être développés en externe à partir de nos cahiers des charges.

Legrand est-il présent sur l’App Store ?

Nous avons déjà une communauté de plus de 2 000 développeurs externes à Legrand qui élaborent des applications permettant de superviser et de contrôler nos solutions domotiques. Nous avons fait le choix de l’open source, en particulier pour notre architecture domotique MyHome. Si cela vous intéresse, vous pouvez accéder gratuitement et librement à nos protocoles de communication pour développer des applications qui permettent, par exemple, de piloter votre maison avec votre smartphone et ensuite vendre ces applications sur l’App Store. La diffusion des iPhone et iPad est un vrai bonheur pour nous ! Cette ouverture des protocoles est fondamentale pour Legrand. Nous sommes spécialistes de l’infrastructure électrique et numérique du bâtiment. Nous en faisons un socle sur lequel peuvent se greffer des acteurs de tous horizons qui peuvent proposer des applications de toute nature : confort, sécurité, communication, efficacité énergétique, maintien à domicile… C’est aussi grâce à cette ouverture que nous avons pu réaliser 35% de croissance pour nos solutions domotiques MyHome en 2012 sur un marché atone comme la France.

Le numérique redonne vie à la domotique

Le numérique stimule l’émergence de nouveaux métiers et de nouvelles façons de travailler. Mais il peut aussi réaliser de vieux rêves. La domotique pour tous semble enfin émerger sous l’impulsion des terminaux tactiles, des progrès logiciels et de la diffusion des technologies sans fil. Avec leurs interfaces séduisantes, les smartphones et les tablettes sont considérés par Legrand comme les principaux accélérateurs du marché. La domotique "installée" du spécialiste de l’infrastructure électrique et numérique du bâtiment s’ouvre aussi aux objets connectés et aux nouveaux acteurs, comme en témoigne le partenariat avec SFR. Il s’agit de capter la capacité des apps, des objets connectés et des opérateurs télécoms à faire naître des services inédits, qui pourront, à l’image du GPS dans la voiture, s’incruster dans le bâtiment une fois matures.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle