La "prospérité commune" n'implique pas de "tuer les riches", dit un responsable du Parti communiste chinois

par Gabriel Crossley

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La
La "prospérité commune", l'expression retenue par le président Xi Jinping pour résumer sa politique de réduction des inégalités, n'implique pas de "tuer les riches pour aider les pauvres", a déclaré jeudi un responsable du Parti communiste chinois (PCC). /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria

PEKIN (Reuters) - La "prospérité commune", l'expression retenue par le président Xi Jinping pour résumer sa politique de réduction des inégalités, n'implique pas de "tuer les riches pour aider les pauvres", a déclaré jeudi un responsable du Parti communiste chinois (PCC).

La Chine doit aussi "se protéger contre le piège de l'assistance", a ajouté Han Wenxiu, membre de la commission centrale des affaires financières et économiques du parti unique, lors d'un point de presse à Pékin.

Ceux qui "deviennent riches les premiers" doivent aider ceux qui restent à la traîne mais le travail doit être encouragé, a-t-il dit. Mais "nous ne pouvons pas attendre de l'aide, compter sur d'autres pour obtenir de l'aide ou appeler à l'aide. Nous ne pouvons pas soutenir les fainéants."

Les autorités de Pékin ont multiplié ces derniers mois les mesures visant certains des secteurs les plus prospères de l'économie chinoise, dans le but affiché de réduire les pressions sur le coût de la vie des Chinois mais aussi de renforcer l'arsenal anti-monopoles et la protection des données personnelles.

Han a affirmé que les mesures récentes de régulation du marché des services en ligne visaient à lutter contre des infractions et des comportements illicites mais "absolument pas" à stigmatiser des entreprises privées ou des groupes étrangers.

Le pouvoir estime qu'il doit "ajuster rationnellement" les revenus "excessivement élevés" selon les conclusions d'une réunion présidée il y a moins d'un mois par Xi Jinping. Les hauts revenus et les grandes entreprises sont en outre encouragées à augmenter leurs contributions à la société.

Les dons doivent être encouragées par la politique fiscale et ils peuvent améliorer la "structure de distribution" mais ils ne sont pas obligatoire, a dit Han.

Plusieurs grands groupes de hautes technologies ont annoncé récemment d'importantes donations, à l'instar du géant des jeux en ligne Tencent qui a annoncé qu'il consacrerait 50 milliards de yuans (6,6 milliards d'euros) à la promotion de la "prospérité commune".

(version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS