La production nucléaire dope les résultats 2011 d'EDF

PARIS (Reuters) - EDF a publié jeudi des résultats 2011 dopés par la performance de ses parcs nucléaires français et britannique et a confirmé ses objectifs malgré les investissements supplémentaires imposés par les autorités de sûreté après la catastrophe de Fukushima.

Partager

L'électricien public a indiqué dans un communiqué qu'il visait toujours pour la période 2011-2015 une croissance annuelle moyenne comprise entre 4% et 6% de son résultat brut d'exploitation (Ebitda), à périmètre et change constants, et dans une fourchette de 5% à 10% pour le résultat net courant.

Pour 2012, EDF a seulement fait savoir que ses objectifs étaient "conformes" à ces perspectives, qui incluent également un ratio d'endettement financier net/Ebitda inférieur à 2,5 et un taux de distribution des bénéfices compris entre 55 et 65%.

Le groupe a en outre indiqué que son enveloppe d'investissements nets resterait en-deçà de 15 milliards d'euros en 2015, contre 10,5 milliards en 2011.

Ces précisions interviennent alors que la Cour des comptes a mis en évidence fin janvier les hausses d'investissements de maintenance induite par les travaux imposés par l'Autorité de sûreté nucléaire après la catastrophe de Fukushima, des investissements qu'EDF a estimé à 10 milliards d'euros au maximum.

Le groupe vise en outre pour 2012 une production de son parc nucléaire français comprise entre 420 et 425 térawattheures (TWh), contre 421,1 TWh en 2011, en incluant notamment les conséquences potentielles des évaluations complémentaires de sûreté menées post-Fukushima sur les durées d'arrêt de ses réacteurs.

Après retraitement des données de 2010 pour tenir compte des cessions, EDF a enregistré en 2011 un résultat net part du groupe de 3.010 millions d'euros (contre 1.020 millions), un résultat net courant de 3.520 millions (+13,4% en ajusté), un Ebitda de 14.824 millions (+5,4% organique) et un chiffre d'affaires de 65.307 millions (+2,7% organique).

Selon le consensus réalisé par le groupe, les analystes attendaient en moyenne un résultat net courant de 3.313 millions d'euros, un Ebitda de 14.935 millions et un chiffre d'affaires de 66.006 millions.

EDF propose de verser un dividende de 1,15 euro par action, stable par rapport à celui versé au titre de 2010.

La société affichait un endettement financier net de 33,3 milliards d'euros à fin 2011, contre 34,4 milliards à fin 2010, pour un ratio endettement financier net/Ebitda de 2,2.

Benjamin Mallet et Caroline Jacobs, édité par Marc Angrand

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS