La production aéronautique en phase de test

Si ce 49e Salon du Bourget sonne l'heure de la reprise avec des commandes record, ce retour à la croissance constituera aussi le premier véritable test pour les réseaux de production depuis la fin de la crise. Analyse sur ce sujet de Damien Lasou, responsable mondial de l'activité Aéronautique et Défense d'Accenture.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La production aéronautique en phase de test

De nombreuses raisons – partager les risques, satisfaire aux obligations d‘offset, réduire les coûts de main d'œuvre ou encore renforcer la notoriété de la marque à travers le monde – ont incité les industriels à impliquer davantage leurs fournisseurs dans la conception et la construction des appareils. Ces derniers jouent désormais un rôle accru dans les opérations de fabrication et d'assemblage. Ils ne fournissent plus seulement des composants ou des structures isolées, mais interviennent dans la conception même de l'avion, tronçons, ensembles et systèmes.

Toutefois, cette transition n'a pas été sans heurt. Ces dernières années, les constructeurs ont perdu des milliards de dollars sur leurs programmes. La question cruciale, pour les constructeurs, est donc de savoir à quels fournisseurs s'adresser et où implanter leurs sites de production.

Comme dans d'autres secteurs d'activité, la décision repose sur un arbitrage coûts/service. Mais compte tenu de la criticité des composants aéronautiques et de la complexité croissante du processus de production, la vigilance est doublement de mise pour des décisions comme le choix des partenaires, l'implantation de l'outil industriel, et l'organisation des flux de composants au sein du réseau.

Face à ces enjeux, des constructeurs aéronautiques et équipementiers de premier rang s'appuient sur les dernières technologies disponibles pour calculer le coût logistique global. Les approches développées dans ce domaine permettent de disséquer les coûts liés à l'implantation et l'exploitation de chaque site de production ; les frais d'acheminement des produits entre ces différents sites ; et enfin le coût logistique global du produit fini.

Une transformation au long cours

Autre avantage non négligeable de ces technologies : la possibilité, pour les constructeurs, d'élaborer de multiples scénarios pour optimiser le déploiement du réseau de production et la gestion en continu des coûts et de la performance.

Si le déploiement d'un réseau de production présente de nombreux avantages, beaucoup de constructeurs savent qu'ils n'ont pas les moyens d'identifier, au-delà des premiers rangs de la supply chain, les problèmes critiques susceptibles de survenir. Au cours des cinq dernières années, les difficultés rencontrées par les fournisseurs de deuxième ou troisième rang ont été à l'origine de retards et de surcoûts dans les programmes de développement et de production tant de l'aviation civile que militaire.

Pour remédier à ce manque de visibilité, les avionneurs recherchent et investissent dans des outils et méthodes propres à leur offrir une cartographie complète de l'ensemble du réseau de production. Avec, à la clé, une vision intégrée des sources d'approvisionnement, des échanges facilités avec les sous-traitants et la possibilité de détecter très tôt toute anomalie éventuelle.

Un réseau implique l'existence de multiples sites de production, mais la chaîne de montage du constructeur en demeure la clé de voûte. Les avionneurs se sont engagés dans une transformation au long cours de leurs activités de production, qui conduira à un degré d'intégration plus poussé mais également à des opérations d'assemblage plus complexes.

Pour mener à bien leurs projets, les constructeurs et leurs partenaires commerciaux s'attachent à coordonner la gestion prévisionnelle de la production, l'ordonnancement des opérations, le sourcing et l'exécution – ce qui passe par une simplification et une harmonisation des processus entre le constructeur et ses fournisseurs. Les méthodes Lean et Six Sigma apparues au cours de la dernière décennie se généraliseront à mesure que les constructeurs chercheront à répliquer à grande échelle les gains de productivité obtenus en interne.

Par Damien Lasou, responsable mondial de l’activité Aéronautique et Défense d’Accenture.

   Découvrez les nouveautés du salon de l’aéronautique Bourget 2015

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS