Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"La priorité aux transports du quotidien est d'autant plus urgente dans une France à deux vitesses", selon Elisabeth Borne

,

Publié le , mis à jour le 03/06/2019 À 10H30

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Lors d'une interview accordée à l'Usine Nouvelle mi-avril, la ministre chargée des Transports Elisabeth Borne défendait la loi d’orientation sur les mobilités et le choix de favoriser les transports du quotidien. Ce lundi 3 juin, le projet de Loi arrive à l'Assemblée nationale pour deux semaines de débat avant le vote des députés.   

La priorité aux transports du quotidien est d'autant plus urgente dans une France à deux vitesses, selon Elisabeth Borne
La ministre des Transports Elisabeth Borne répond aux questions de L'Usine Nouvelle.
© Dahmane - L'Usine Nouvelle

L'Usine Nouvelle - La loi d’orientation des mobilités (LOM) vient d’être votée, avant son examen cet été à l’Assemblée nationale. Les sénateurs ont-ils dénaturé votre projet de loi ?

Elisabeth Borne - Je suis très satisfaite de cette première étape. La priorité que je donne depuis vingt mois aux transports du quotidien et à la lutte contre les fractures sociales a été confirmée par le Sénat. Il faut mesurer le chemin parcouru depuis l’été 2017, quand le président de la République a annoncé une pause sur les grands projets pour donner la priorité aux transports du quotidien... La crise de ces dernières semaines a rappelé la nécessité de cette loi. Elle montre l’urgence de cette orientation dans une France à deux vitesses, où l’on a laissé se dégrader le réseau ferré de tous les jours en donnant la priorité absolue au TGV pendant trente-cinq ans. Aujourd’hui, les emplois sont concentrés dans les métropoles et les Français vivent de plus en plus loin. Ils sont très souvent dépendants de la voiture. Et cela coûte très cher.

Que répondez-vous aux Français qui se désespèrent de l’état de ces transports du quotidien, notamment en Ile-de-France ?

Nous mettons le paquet partout.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle