La première action des 5 candidats à la présidence du Medef au lendemain de leur élection

Le mardi 14 mai, l’association patronal Ethic, présidée par Sophie de Menthon, recevait les 5 candidats officiels à la présidence du Medef : Hervé Lambel, Thibault Lanxade, Pierre Gattaz, Patrick Bernasconi et Geoffroy Roux de Bézieux. Chacun a présenté son projet en une dizaine de minutes avant de répondre aux questions de la salle. Ils ont été interrogés, entre autres, sur  la première action qu’ils mèneraient, le 3 juillet, s’ils étaient élus. Si le choix de l’action est loin d’épuiser le projet de chacun, il renseigne sur l’homme et son style.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La première action des 5 candidats à la présidence du Medef au lendemain de leur élection

Thibault Lanxade : Au-delà, des négociations sur les retraites et l’assurance chômage qui sont déjà inscrites au calendrier, il veut mener une action pour orienter les entreprises vers l’export avec comme premier horizon l’Europe : "Il faut faire sortir nos entreprises du terrain de jeu national."

Pierre Gattaz : Il organisera l’université d’été du Medef pour en faire le lieu du renouvellement. Deux types de chantiers y seraient menés. Des discussions internes et confidentielles sur l’organisation du Medef, pour mieux intégrer les territoires, et des débats ouverts et publics pour aboutir à un projet stratégique "France 2020". Son challenge personnel est de réussir à faire venir le président une journée entière à la petite fête patronale de la rentrée.

Hervé Lambel : Il demandera immédiatement au président de la république de supprimer la TVA inter-entreprises. "Ce système de collecte délégué aux entreprises tout au long de la chaîne de production entame les trésoreries", explique-t-il.

Patrick Bernasconi : Il appellera les partenaires sociaux à aller plus loin sur la réforme du marché du travail. Fort de la négociation qu’il a menée et qui a abouti à l’Accord national interprofessionnel du 11 janvier, il pense "qu'il existe un bloc de syndicats réformistes prêts à aller plus loin pour favoriser l’adaptabilité de l’emploi dans les entreprises."

Geoffroy Roux de Bézieux : Il demandera à réactiver une mesure déjà prise en 2008 : un moratoire sur les cotisations Urssaf. Ses tournées sur le terrain l’ont convaincu d’une asphyxie de trésorerie dans de nombreuses PME. "L’Etat emprunte à coût réduit en ce moment, c’est une mesure simple à mettre en place et qui peut éviter des dépôts de bilan."

Anne-Sophie Bellaiche

Anne-Sophie Bellaiche Cheffe du service Economie et Social
Anne-Sophie Bellaiche

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS