Economie

La préférence française pour le chômage

,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Malgré un taux de chômage qui tutoie un sommet historique, la préférence française pour les salaires au détriment de l’emploi ne se dément pas. Selon la Dares, le salaire moyen des salariés a augmenté de 1,6% en 2013. Et dans un contexte qui n’est pas à l’inflation puisque les prix à la consommation (hors tabac) n’ont eux augmenté que de 0,6%. Le point d’indice des fonctionnaires étant gelé, l’impact de la politique salariale des entreprises privées est en jeu. Tout en se battant pour des allégements de charges, elles ne maîtrisent pas leur masse salariale, avec l’appui des syndicats qui privilégient toujours les salariés en poste.
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte