La Poste va investir 450 millions d'euros dans son outil industriel

Pour prendre la vague de l’accroissement des livraisons de colis, La Poste va se réorganiser et investir 450 millions d’euros. Dans le même temps, elle lance un processus de déconcentration, après plusieurs années de centralisation.

Partager
La Poste va investir 450 millions d'euros dans son outil industriel
La nouvelle stratégie de La Poste utilise les compétences de Chronopost.

Chaque année, le volume des courriers traités par La Poste baisse d’environ 6%. Alors que 18 milliards de lettres étaient distribuées en 2008, le chiffre est tombé à 12 en 2015, 10,5 en 2017 et devrait tourner entre 7 et 9 à horizon 2020. Dans le même temps, en 2017, le marché du colis a augmenté de 8%. La Poste engage donc un nouveau plan logistique dénommé “Ambition 2020 vers le monde des services” afin de s’adapter à ces mutations. Si la stratégie restait la même, le courrier traditionnel représenterait 60 % des revenus de l’entreprise. Le plan Ambition 2020 doit faire passer ce poste à 45 %. Les colis devraient représenter 23 % d’ici 2020 (contre 17 % sans la nouvelle stratégie). Soit un objectif de 400 millions de Colissimo alors que les capacités actuelles sont limitées au traitement de 300 millions d’unités. L’international et les nouveaux services doivent aussi permettre de compenser la baisse du courrier

Diversification des activités des centres

Pour mener cette transformation, la Poste va investir 450 millions d’euros dans son outil industriel. Les centres de traitement du courrier vont être transformés afin d’assurer aussi l’activité colis. "Il s’agit non seulement d'accroître les capacités de traitement des colis, mais aussi de maintenir une activité pour ces centres qui, sans évolution, verraient leur activité tomber à 50 % d’ici 2020", explique Philippe Dorge, directeur général adjoint en charge de la branche services-courrier-colis. Une centaine est concernée. En outre, 14 plateformes de colis vont être modernisées et 3 nouvelles créées.

Colissimo capte 60 % de parts du marché des colis. La bataille porte en partie sur le temps de livraison. Or, La Poste continue de livrer majoritairement à “J+2”. Pour mieux répondre aux attentes de ses clients, elle ambitionne donc d’accroître sa livraison de colis dans les 24 heures, au lieu de 48. Les livraisons dites J+1 doivent passer de 20 % de l’activité colis à 70 % d’ici 2020. Le développement du transport de colis en vrac, qui permet de transporter deux fois plus de colis par camion, doit notamment y contribuer.

Des changements pour l’activité courrier

La Poste ne compte pas pour autant délaisser le courrier et lance plusieurs projets de modernisation. Le courrier marqué de QR code, pour assurer à l’émetteur un meilleur suivi, va par exemple être développé. Les premiers clients ciblés sont les banques et les groupes d’assurance. Le programme de mécanisation du tri fin doit passer à 70 % de l’activité contre 50 % actuellement. Dans le même temps, La Poste va opérer une bascule sur son organisation. Elle va lancer une déconcentration en installant des “îlots” dans les territoires. 118 doivent ouvrir d’ici fin 2018, 3000 d’ici 2020. L’objectif est notamment de réduire le temps de trajet des facteurs entre le centre de distribution et le point départ de leurs tournées. Philippe Dorge a lui-même reconnu que c’est un revirement après plusieurs années de concentration de la distribution.

Les missions du facteur continuent d’évoluer

Ces évolutions vont générer de nouveaux changements pour les facteurs qui vont “continuer à distribuer du courrier mais vont aussi livrer de plus en plus en colis” a expliqué Philippe Dorge. Au passage, le directeur général adjoint précise que l’activité Chronopost, jusqu’à présent largement sous-traitée, devrait être confiée pour 25 % aux facteurs.

En outre, alors qu’ils effectuent une à deux prestations de services par semaine (comme “Le facteur veille sur mes parents”), ce chiffre passera de une à deux par jour d’ici 2020. Ces nouveaux services doivent représenter 8 % des revenus de La Poste d’ici 2020. Dans le même temps, le nombre de facteurs va continuer à baisser, avec un taux de remplacement de 75%. 3000 seront recrutés en 2018.

Avec ce plan Ambition 2020, La Poste vise 12,3 milliards d’euros de chiffres d’affaire. En 2017, il s’est établi à 12,1 milliards d’euros, en hausse de 0,6 %, après une baisse constante depuis 2009.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Logistique et manutention

Rayonnage à deux côtés pour armoires Raaco

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS