International

La Pologne veut monter dans le futur drone européen

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Les industriels polonais s’organisent en consortium pour décrocher des coopérations avec leurs partenaires européens et sont soutenus par leur Etat qui souhaiterait même entrer au capital d’EADS.

La Pologne veut monter dans le futur drone européen
Les industriels polonais ont développé un savoir-faire dans les minidrones. Ici le mini-drone FlyEye développé par WB Electronics.
© DR

Jeudi 5 décembre dernier, une délégation d’entreprises polonaises du secteur de la défense débarquait en force à Paris. Elle était renforcée par des gradés de l’armée polonaise, des membres du ministère de la Défense et d’instituts de recherche. L’objectif : une rencontre à l’ambassade avec leurs homologues français aussi bien industriels qu’étatiques, en vue d’engager des coopérations. "Ces partenariats doivent avoir une double dimension, à la fois industrielle et politique", précisait Adam Bartosiewicz, vice-président de WB Electronics SA, spécialiste en électronique militaire et leader du consortium qui réunit depuis deux ans les principaux industriels du pays agissant dans le secteur des drones. Parmi les grands industriels français, Cassidian, Sagem et Thales avaient répondu présents ainsi que la direction général de l’armement (DGA).

Savoir-faire dans les mini-drones

Les Polonais ont mis en avant leur savoir-faire dans les drones tactiques. "Ils ont un réel savoir-faire dans les mini-drones qui se lancent à la main", indiquait l’un des industriels français au sortir de cette réunion. Côté équipement, WB Electronics a affiché également son expertise dans le domaine des matériaux composites. Et surtout, il ne cache pas son ambition de vouloir décrocher un contrat relatif à la construction du futur drone MALE européen et donc de s’associer aux principaux leaders européens du domaine. Lors du dernier salon du Bourget, Dassault, Finmeccanica et Cassidian avait en effet fait pression sur les grands états européens pour qu’ils lancent un programme de drone MALE.

Cette initiative marque les nouvelles ambitions de la Pologne dans le domaine de la défense. En novembre dernier, ce pays avait rejoint le club des utilisateurs de drones qui réunit au total 7 pays européens dont la France et l’Allemagne. A l’heure où la plupart des budgets de défense européens sont revus à la baisse, la Pologne a annoncé un important budget de modernisation de son armée estimé à environ 140 milliards de zlotys (33,3 milliards d'euros) au cours des prochaines années. "Cela doit être l’opportunité d’établir au-delà des relations commerciales, de véritables partenariats industriels et de développement", explique Adam Bartosiewicz, de WB Electronics. Les Polonais ont également fait part de leur besoin et ils pourraient s’équiper dans l’avenir de drone de surveillance MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance). Toutefois les Français et les Européens n’auront pas la partie facile. "En matière de drone MALE, nous cherchons des équipements éprouvés sur le terrain pas des projets de recherche", précisait en amont de cette rencontre  le colonel Grzegorz Putyra, du commandement des forces spéciales polonaises. De quoi favoriser les constructeurs américains et israéliens déjà fournisseur de l’armée polonaise.

Prendre pied sur le marché européen

Pour aider ses industriels, l’Etat polonais a confirmé qu’il envisageait de prendre une participation de 1% à 2% dans le capital d’EADS, rejoignant ainsi les pays fondateurs, la France (12%), l’Allemagne (12%) et l’Espagne (4%). "Nous étudions les possibilités, les pour et les contre, que pourrait apporter à l'industrie polonaise d'armement une telle participation dans EADS (…) Il s'agit de donner une chance aux sociétés d'armement polonaises d'être présentes sur le marché européen", a précisé un porte-parole du ministère polonais de la Défense. L’offensive polonaise sur la défense europénne ne fait que demarrer.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte